Togo/Agriculture : le Projet rizicole PDPR-K évalué dans la Kara

Le ministère de l’Agriculture, de la production animale et halieutique a achevé l’exécution de la phase 1 du Projet de développement de la production rizicole dans la région de la Kara (PDPR-K), et projette faire «une évaluation de l’efficacité de sa mise en œuvre, dans le but de voir dans quelle mesure les objectifs du projet ont été atteints, et documenter les produits, effets et impacts des interventions». Lit-on dans le Bihebdomadaire Togolais de l’Union pour la Patrie.

Le media informe  qu’une expertise est ainsi activement recherchée afin d’élaborer  le  rapport  d’achèvement  du PDPR-K phase 1 détaillé sur l’exécution et les premières activités d’exploitation du projet, son coût, les avantages qui en découlent et qui en découleront et les réalisations des objectifs du prêt suivant le canevas et la démarche admise par le partenaire financier.

Il est attendu du consultant, notamment : une évaluation de la pertinence des interventions du projet au moment de sa formulation, tout au long de son exécution et dans le contexte de l’achèvement ; une évaluation du nombre d’emplois créés par le projet désagrégé en nombre de jeunes et de femmes ; de jauger les perspectives de durabilité des résultats des activités du projet après son achèvement. Ou encore évaluer les principales réalisations du projet (prévues  ou  non)  en  termes  de  pertinence, efficacité, efficience, impacts(positifs comme négatifs) et durabilité ;et d’identifier les innovations introduites,  d’analyser  leur  pertinence  et évaluer leur niveau de réplicabilité et de diffusion.

Et surtout apprécier la qualité  des  ouvrages  réalisés  par rapport aux prescriptions des dossiers d’appels d’offres et du contrat ; et d’évaluer la contribution du projet aux  changements socioéconomiques   intervenus  ces derniers temps dans la zone du projet.

Le  PDPR-K  est  cofinancé  par l’État togolais et la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) pour un montant de 2,950 milliards de francs Cfa suivant un accord de prêt signé le 13décembre 2010.

Le projet, dont le siège est à Kara (410 km de Lomé), dans la préfecture de la Kozah, couvre les sept préfectures de la région de la Kara, à savoir : Assoli, Bassar,Binah, Dankpen, Doufelgou, Kéran . Ses activités ont démarré en 2011.

 Le prêt BADEA est clôturé le 31 décembre 2017. Cependant, affirme le ministère de l’Agriculture, les travaux d’aménagement se sont poursuivis jusqu’en juillet 2019.

LIRE AUSSI: Togo / Agriculture : grâce au MIFA, ABI-TCHAO Prenam produira du riz local à Tagnanboul

Pour la mise en œuvre du projet, des  études  d’Avant-projet  détaillé(APD) ont été réalisées, qui ont conclu à une insuffisance du montant de l’accord de prêt par rapport aux besoins recensés sur le terrain et eu égard aux objectifs du projet.

Ce qui a amené à l’exécution du projet en deux (2) phases : phase 1 ou phase ferme avec les fonds disponibles et la phase  2  ou  phase  conditionnelle dont les fonds sont recherchés. A la première phase, les travaux suivants  ont  été  exécutés : étude technique de 74 bas-fonds avec une superficie de 3.176 hectares sur les102 prévus et l’évaluation des coûts d’aménagement ; l’aménagement de8 bas-fonds avec une superficie de448 hectares ; l’ouverture de 15 km de piste de désenclavement ; la réalisation de 8 forages équipés de pompes à motricité humaine ; l’acquisition de 4 tracteurs, 11 motoculteurs, 5batteuses-vanneuses,    et    4décortiqueuses ; la construction du siège du projet, de l’agence ICAT à Assoli, de 3 magasins, de 5 aires de séchage, de 5 abris tracteurs et 4hangars pour les décortiqueuses… En plus du fonctionnement.

Malgré les nombreux basfonds propices à la production du riz au Togo, particulièrement dans la région de la Kara, fait remarquer le gouvernement, la production de cette denrée demeure déficitaire face aux besoins du pays.

C’est dans ce contexte que le ministère de l’Agriculture a fait procéder à l’étude de faisabilité, en vue d’actualiser au besoin une étude de faisabilité réalisée en 1997 sur la riziculture dans cette région. Ce qui, officiellement, devait permettre de disposer de l’outil opérationnel de mise en œuvre du projet / programme de promotion et de développement de la riziculture de bas-fonds dans la région de la Kara.

L’objectif général du projet d’appui au développement de la production rizicole de bas-fonds de la région de la Kara vise officiellement à accroître les revenus des producteurs intervenant dans la filière riz et de réduire le niveau des importations de riz à travers l’amélioration de l’auto-approvisionnement du marché national.

Après la réalisation de l’évaluation du projet et la rédaction du rapport d’achèvement,  l’autorité  publique devra procéder à la réactualisation des  bas-fonds  à  aménager  et  à l’étude de faisabilité de la phase 2 du projet.

Avec l’Union

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents