Togo/Gestion durable des terres : 200 acteurs communautaires de la Maritime bientôt formés

Le ministère de l’Environnement, du développement durable et de la protection de la nature se prépare à la mise en œuvre du Projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’ouest (WACA ResiP). Lit-on dans le bihebdomadaire Togolais l’Union pour la Patrie.

Selon la même source, sur un crédit et un don de l’Association internationale de développement (IDA) et un don du Fonds pour l’environnement mondial, l’autorité publique envisage de recourir à une structure de développement pour la formation et l’accompagnement des acteurs communautaires sur les bonnes pratiques innovantes de gestion durable des terres dans la région Maritime.

LIRE AUSSI: Environnement : 1/5 de la Terre affectés par la dégradation des sols

Les confrères indiquent plus spécifiquement, que suivant les termes d’un avis de recrutement, il s’agit de : former les  200 acteurs communautaires sur les pratiques innovantes de gestion durable des terres ; sur  l’identification et la budgétisation des besoins en intrant et équipement pour la mise en application des pratiques innovantes de gestion durable des terres et ceci pendant deux ans.

En d’autres termes, ces acteurs communautaires  seront  accompagnés  également  dans la mise en œuvre des pratiques innovantes  d’ agroforesterie pendant deux campagnes agricoles.

La durée d’un cycle de formation sera de deux semaines maximum y compris l’accompagnement des bénéficiaires pour l’identification et la budgétisation des besoins en intrant et équipement pour la mise en oeuvre des pratiques innovantes de gestion durable des terres.

L’accompagnement pour la mise en oeuvre des pratiques innovantes s’étalera sur deux campagnes agricoles. Chaque étape sera sanctionnée par un rapport de mission.

LIRE AUSSI: Togo: Edoh Wowuikopé va réduire ses risques d’inondations à près de 100 millions F CFA avec le projet WACA

Il est à rappeler que pour le compte du Projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’ouest (WACA ResIP), une signature de conventions de gestion de 11 sous-projets communautaires est intervenue début novembre dernier entre la Banque mondiale, le ministre de l’Environnement, du développement durable et de la protection de la nature, et les porteurs de projets, les ONGs d’appui et les présidents des Commissions préfectorales de développement durable (CPDD).

L’ensemble des financements issus de IDA et du FEM (Fonds mondial pour l’environnement) par le biais de la Banque mondiale s’élève à 1,544 milliard de francs Cfa.

Et engage les communautés aux respects des clauses contenues dans les conventions, «afin d’atteindre la finalité, celle de réduire la vulnérabilité des bénéficiaires que sont les femmes et les jeunes», précisait le ministère.

Les 11 sous-projets communautaires impliquaient, entre autres, la gestion des aires communautaires de haute valeur éco systémique, la gestion durable des terres, la réhabilitation des petites infrastructures endommagées par les aléas. A cela s’ajoutent les travaux de curage des canaux naturels pour l’amélioration de la performance des canaux de drainage des eaux, la pollution et la gestion des déchets et les activités génératrices de revenus.

Il s’agira en fait, pour lesdits sous-projets, d’assurer aux ménages et aux communautés dévalorisées, un meilleur accès aux infrastructures socioéconomiques et une amélioration dans la gestion durables des terres et des forêts.

Avec l’Union

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents