Togo : EMMANUEL-KOM se lance le défi de transformer toute la tomate fraîche cultivée dans la préfecture de VO

Le centre AGROPASTORAL EMMANUEL-KOM se lance le défi de transformer toute la tomate fraîche cultivée dans les préfectures de VO, Bas Mono et Lac … en concentrées de tomate sans additifs chimiques.Apprend-on.

Le  jeune togolais Rémi Adégnon, l’initiateur  pour  y parvenir compte sur  l’appui financier et technique du gouvernement togolais à travers le MIFA (Mécanisme Incitatif de Financement Agricole).

LIRE AUSSI: Togo : La filière tomate renait grâce à des conditions climatiques optimales

Le centre agropastoral « EMMANUEL-KOM a pour ambition de former les producteurs de la préfecture de Vo sur les nouvelles techniques de productions, agricole et animale.

Rémi ADEGNON, le  Directeur Général  « Emmanuel-KOM » indique que ce centre va répondre aux problèmes de chômage de la jeunesse togolaise et celle de VO en particulier grâce aux différents départements non seulement en leur apprenant les bases de l’agriculture et de l’élevage mais aussi en leur transmettant des connaissances en matière d’hygiène, de santé et de diététique.

LIRE AUSSI: Togo : Les prix en hausse de 1,4 point en mai, en lien avec Tomates rondes particulièrement

Le centre  accueille des jeunes qui sont en quête de formation pour créer leur propre emploi dans le secteur agricole. Il se veut une réponse à la fois à la paupérisation des jeunes, au manque de formation et à la malnutrition.  Il est subdivisé en trois (3) départements :

 L’aquaculture (élevage des poissons Clarias et tilapia); l’élevage des volailles et des petits ruminants (pintades et poules locales, chèvres et moutons lapins…) ; la transformation de la tomate fraîche en concentrée de tomates dont la marque est «RETO», d’ananas en jus d’ananas, des fruits de passion en jus de fruits de passion.

Il faut noter que près de 45% des ménages agricoles cultivent la tomate au Togo, selon les chiffres du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Cependant, le pays importe chaque année un volume important de tomates fraîches, du fait de l’insuffisance de la production locale.

En 2016 par exemple, la production de la filière a été estimée à 11.589 tonnes, tandis que les importations ont été évaluées à 29.157 tonnes.

Edem Kolani

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents