Les éclairages LED ,un risque pour les yeux

Certaines lampes d’éclairage à diode, ou LED, induiraient un risque pour les yeux, notamment chez les enfants. C’est la conclusion d’une étude de l’Anses, qui met en cause la couleur trop bleue et la luminance trop élevée. Et parmi les différents types de LED , les plus courants seraient justement les moins sûrs…

Les diodes électroluminescentes (Led) sont de plus en plus présentes sur les rayons. Désignées comme idéales grâce à leur faible consommation , elles se multiplient dans les maisons ou sur les lieux de travail et fleurissent dans les phares de voitures.

Pourtant , leur lumière diffère assez sensiblement des autres types d’éclairage et les normes habituelles leur conviennent mal. L’Agence Nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (Anses , née cette année de la fusion de l’Afssa et de l’Afsset ) a conduit une étude pour évaluer les effets sanitaires de ces Led . Le groupe de travail réunissait des ophtalmologistes, des dermatologues, des spécialistes en éclairage et en physique des rayonnements optiques.

Il a également accueilli des industries de l’éclairage et des scientifiques.
Ses conclusions , qui viennent d’être publiées dans un rapport, jettent une ombre sur cet éclairage à la mode , qui ne serait pas sans risque .

Deux effets principaux sont relévés par l’étude : celui de la longueur d’onde et celui de la luminance. Les éclairages à diodes émettent une proportion importante de lumière bleue, c’est-à-dire de courtes longueurs d’onde.

Elles affectent la rétine.

On sait que  cette couleur est un facteur de risques photochimiques au sein de la rétine, dans les photorécepteurs et dans l’épithélium pigmentaire. À l’échelle des années, une exposition trop rude à une telle lumière pourrait favoriser la dégénérescence de la macula, cette zone centrale de l’œil offrant la plus grande acuité. Connue sous le nom de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) , cette maladie peut évoluer jusqu’à la perte de la vision centrale.

Les effets aggravants de la lumière bleue sur la DMLA sont fortement soupçonnés et issus d’observations convergentes sur des modèles expérimentaux  » souligne le rapport. Toutefois, ajoute-t-il.

Ces effets n’ont jamais pu etre démontrés par des difficultés par des études épidémiologiques chez l’homme en raison d’une difficulté à évaluer l’exposition et les prédispositions individuelles »  On sait tout de même que l’exposition excessive à la lumière solaire est un facteur favorisant la DMLA.

la rédaction

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents