Accueil Actualité Le 3ème quai au port de Lomé n’accentue...

Le 3ème quai au port de Lomé n’accentue pas l’érosion côtière au Togo

224
0

La construction du 3ème quai  au  port  de  Lomé,  n’a  aucun  effet sur le phénomène  de l’érosion côtière contrairement à ce que beaucoup  de togolais pensent.

Selon Komi Adjaho, spécialiste de  gestion  des  risques  côtiers  et  environnement littoral,  interrogé par nos confrères du Bimensuel Togolais d’informations ‘’Focus Infos’’, le 3ème quai du groupe Bolloré est  situé à  l’intérieur  du  port,  et donc  ne  peut  ni  occasionner, ni accentuer l’érosion sur la côte togolaise »

Aussi explique-t-il à la source « Ce     phénomène     d’érosion     côtière     est   principalement   provoqué   par   la      perturbation    ou    la    désorganisation    du  transit  sédimentaire  qui  est  assuré  par  la  dérive  littorale,  qui  est  en  fait,  un   courant   côtier   de   transport   des   sédiments   de   l’ouest   vers   l’est,   soit   du  Ghana  voisin  vers  le  Togo.  Les  sédiments  qui  se  déposent  sur  la  côte  togolaise   proviennent   essentiellement   de  l’embouchure  du  fleuve  Volta  au  Ghana.  En  effet,  c’est  le  fleuve  Volta qui   est   le   principal   pourvoyeur   de   sédiments à toute la côte ouest africaine»

LIRE AUSSI: Érosion côtière au Togo : Lomé Container Terminal (LCT) pointé du doigt

 Selon ses explications l’érosion côtière   ne s’est pas fait  ressentir    dans    l’immédiat,    mais s’est    accentuée  avec  la  construction  du  port  autonome de Lomé.

«  Plus précisément avec la  jetée principale du Port Autonome de Lomé qui s’étend sur une longueur de 1300 mètres bloque  désormais le peu  de sédiment qui arrive sur la côte»,  relève t-il.

Il informe  également que le barrage d’Akossombo sur la Volta, dans    son    fonctionnement,    empêche    le   courant   côtier   de   transporter   des   sédiments.  Par  conséquent,   la  quantité  de    sédiment    a    connu    une    nette    diminution sur la côte est (Togo, Bénin et Nigéria).

Il faut noter que le collectif des personnes victimes de l’érosion côtière du Togo s’est fait encore entendre jeudi 2 juillet dernier à propos du phénomène qui selon eux est causé  par la société Lomé Container Terminal (LCT). Une  Société qui,  selon leurs revendications  continue de leur créer des dommages collatéraux.

Edem K.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here