A Jeudi J’ose du FAIEJ, les Jeunes Togolais savent comment faire une levée de fonds

La tradition a été encore respectée ce jeudi 12 avril, deuxième jeudi du mois par le Fonds d’Appui aux Initiatives Économiques des Jeunes (FAIEJ).

La tenue du 30ème numéro de la plateforme Jeudi J’ose a posé ses valises dans la préfecture des Lacs plus précisément dans la ville d’Aného située à 46,3kilomètres de Lomé à la rencontre d’une centaine de Jeunes de la dite localité et de ses environs.

« Quelles sources de financement pour la jeune entreprise » tel a été le thème retenu pour cette nième plate forme d’échange.

Présenté par plusieurs Patrons d’entreprise dont le meilleur jeune entrepreneur de l’année 2017 , chef de la marque des boissons « Champiso », Komlan Bessanh, ce thème a permis aux jeunes entrepreneurs participants de la préfecture des lacs de découvrir et de s’approprier les éléments fondamentaux qui leur permettront de bien rechercher leurs sources de financement.

Résumant les astuces de financement le jeune patron de l’entreprise de boissons « Champiso » a souligné la nécessité pour un entrepreneur de savoir gagner la confiance des gens et ensuite l de s’assurer de sa crédibilité et enfin la valeur que les entrepreneurs débutant ont de leurs entreprises.

« Pour aller vers ce dispositif de levée de fonds pour financer ses activités, il va falloir développer deux critères, d’abord la confiance que les gens auront sur vous et vous-même votre crédibilité que vous montrerez et aussi le fait que votre entreprise a de la valeur et vous-même vous pouvez la présenté. Le cas pratique pour un entrepreneur qui veut se lancer dans un financement par le dispositif du FAIEJ ou du PRADEB ou en dehors du financement que la Banque peut l’octroyer le jeune peut aller vers la levée de fonds et ceux-ci demande la crédibilité et demande sa propre valeur qu’on témoigne à l’endroit des investisseurs » a expliqué Komlan Bessanh, le Chef entreprise de la marque des Boissons Champiso.

D’une manière attentionnée certains participants ont estimé avoir retenu beaucoup, des conseils pratiques de leurs ainés. Et pour Florent ESEBIOFO, jeune entrepreneur œuvrant dans le social, c’est l’intervention du Chef de l’entreprise des boissons Champiso qui a éveillé la notion de la culture entrepreneurial en lui.

« Nous avions été invité pour prendre part a cette formation et j’avoue que cela m’a fait beaucoup de bien, ce que j’ai retenu c’est qu’étant jeune entrepreneur, nous devons nous mobilisé pour essayer d’accéder à la culture entrepreneuriale car avec l’atteinte des ODD Objectifs du Développement Durable on ne peut pas faire grande chose. Suite à l’intervention du patron des boissons CHampiso ce qui m’a le plus intéressé c’est la levée de fonds, la façon de mobiliser les fonds, car il nous avait parlé d’adhérer par le niveau familial par autofinancement et on peut y aboutir en semant une confiance autour de soi. L’exemple qu’il a donné est la COOPEC AD car selon lui cette confiance lui a permis de toucher une somme importante auprès de la micro finance et c’est cela qui lui a permis de mettre sur pied Champiso qui lui fait connaitre aujourd’hui pas seulement au Togo mais également sur le plan national » a-t-il confié avec enthousiasme.

La rencontre a également été une séance de sensibilisation par la directrice Général du FAIEJ, Sahouda GBADAMASSI-MIVEDOR, à l’endroit des jeunes de la préfecture des lacs sur le dispositif du Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques des Jeunes FAIEJ et les autres mécanismes mis en place par le ministère en charge du développement à la base et de l’emploi des Jeunes.

« La plate forme s’est transporté a Aného aujourd’hui ,parce que la plate forme appartient a tous les jeunes entrepreneurs Togolais et ceux-ci doivent avoir l’information pour agir , car cela s’inscrit dans le cadre de leurs entreprises et de leurs idées d’entreprise. Ici, il s’est agit d’échanger avec eux pour leur présenter tout le mécanisme que le gouvernement Togolais met en place pour accompagner la création d’activités des jeunes, de la formation jusqu’à la facilitation, de l’accès au financement et même de la facilité d’accès aux marché » a-t-elle longuement expliqué.

Et de poursuivre «  Il s’est agit aussi de parler avec les jeunes sur les différentes sources de financement qu’ils peuvent mobiliser dans le cadre de leurs activités, des mécanismes qu’on met en place et quelles sont les modalités ?

Le FAIEJ que vous connaissez fonctionne sur le principe d’appui technique et financier. L’appui technique se situe en amont et en aval. En amont pour donner de la formation aux jeunes entrepreneurs les aidés à s’approprier des mécanismes de création d’entreprises et comment géré son entreprise et comment gérer son crédit et en aval, vous avez l’encadrement à la mise en œuvre de son activité. Nous avons aussi la formation qualifiante, beaucoup de jeunes entreprises embrassent des secteurs d’activité dont ils n’ont pas la maitrise et ces mécanismes que ce soit le PRADEB qui fonctionnent sur le même modèle de renforcement de capacités techniques et de facilité d’accès au financement » a-t-elle souligné.

En rappel il faut préciser que le FAIEJ a initié des formations sur toute l’étendue du territoire nationale à l’endroit des jeunes compte tenu de la mesure du président de la république Togolaise dans son message à la nation d’accorder 20% de quota pour les entreprises des jeunes et femmes dans l’attribution des marchés publics au Togo.

Hector Nammangue

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents