Togo: Vers l’élimination du mercure dans le secteur de l’exploitation artisanale de l’or

Le Togo a démarré ce mercredi 23 février 2022, la validation des rapports d’inventaire et du synopsis national du secteur de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle de l’or (EMAPE).

Cette activité s’inscrit dans le cadre de la réalisation du projet de développement d’un plan d’action national, pour la réduction et si possible l’élimination du mercure, dans le secteur de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle de l’or (EMAPE), en conformité avec la convention de Minamata sur le mercure.

En effet, la problématique de l’usage du mercure dans l’EMAPE constitue l’une des plus préoccupantes au niveau mondial depuis plusieurs décennies, sachant que les conséquences néfastes de son usage tant sur la santé que l’environnement ont fait l’objet de plusieurs évaluations conduisant ainsi à l’élaboration d’un instrument international juridiquement contraignant pour réguler ce métal lourd.

C’est dans cette logique qu’il a donc été mis sur pied le Comité de Négociation Intergouvernemental chargé d’élaborer un instrument international juridiquement contraignant sur le mercure dont les travaux ont abouti en janvier 2013 au texte de la Convention de Minamata sur le mercure.

Des mesures incitatives  pour éliminer  l’utilisation d’amalgames dentaires selon Les Amis de la Terre Togo

L’objectif clé de cette Convention est de protéger l’environnement et la santé humaine contre les émissions et rejets anthropiques de mercure et des composés mercuriels.

C’est sur la base de la Convention de Minamata, que l’élaboration du « plan d’action national » devient une obligation pour chaque pays qui détermine que l’exploitation minière artisanale et à petite échelle de l’or sur son territoire est plus qu’insignifiante.

Selon le point focal de la convention de Minamata sur le mercure au Togo, Mme Kayi Ajavon-Abalo, outre les études, d’autres activités notamment le renforcement des cadres légaux, institutionnels et juridiques, la cartographie analytique de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle de l’or (EMAPE), les enquêtes socio-économiques, la vulgarisation des solutions innovantes et la formation des orpailleurs sur les meilleures d’exploitation de l’or sont nécessaires.

« La finalité pour le Togo, c’est de disposer d’un plan d’action et de stratégies afin de faire le plaidoyer et de mobiliser les ressources en faveur de ces populations vulnérables.’, a t-elle confié.

Prenant la mesure des dangers que représente le mercure pour la santé humaine et l’environnement, le Togo, en ce qui le concerne, s’est donc engagé aux côtés de la communauté internationale dans la voie de l’élimination de la pollution par ce métal, en ratifiant la Convention de Minamata en février 2017.

Une fois cet instrument juridique de portée international ratifié, le Togo s’est mis sur la voie de sa mise en oeuvre à travers la réalisation de l’évaluation initiale du mercure en 2018 avec le soutien de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et du FEM.

Le document de la convention de Minamata sur le mercure validé à Lomé

Les résultats du projet d’Évaluation Initiale de la Convention de Minamata, ont révélé que la pratique de l’EMAPE avec utilisation de mercure pourrait toucher certaines régions du pays.

Au Togo, l’Extraction Minière Artisanale et à Petite Échelle (EMAPE) de l’or se pratique plus particulièrement dans les régions des Plateaux, de la Centrale et de la Kara.

Elle constitue un secteur important de l’économie locale et régionale et influence considérablement la société au niveau écologique, social et économique.

En effet, cette activité, qui consiste essentiellement au lavage des sédiments est exercée sur plusieurs sites avec plus de 10.000 personnes qui vivent directement et indirectement des retombées de celle-ci.

Selon les estimations de 2012, l’orpaillage génère entre 6,5 et 9 milliards FCFA (13 – 18 millions dollars) de chiffre d’affaire dans le monde.

L’atelier de validation, qui prend fin ce jeudi, constitue une étape dans le processus d’élaboration du plan d’action.

Il permet de présenter les résultats des inventaires systématiques dans les zones d’EMAPE. Les rapports qui sont présentés reflètent les données et informations collecter auprès des orpailleurs artisans mineurs par les consultants et traités selon l’outil d’inventaire du PNUE.

Ces informations ont donc permis de réaliser une évaluation du cadre institutionnel et réglementaire, d’estimer l’utilisation du mercure dans le secteur de l’EMAPE, de calculer le ratio mercure / or , d’inventorier toutes les pratiques et mode d’organisations existants ledit secteur et d’évaluer les impacts sanitaires et environnementaux de l’exploitation minière de l’or.

Ces approches fondamentales ont permis non seulement d’estimer la production d’or spécifique des sites d’orpaillage, mais aussi de déterminer les effectifs des mineurs dans les régions d’orpaillage.

Cet atelier de validation des rapports d’inventaires et du synopsis national du secteur de l’EMAPE du Togo est une étape importante pour le développement du plan d’action national pour la réduction et si possible l’élimination du mercure, dans le secteur et je vous invite donc à apporter des contributions pour l’amélioration desdits rapports afin qu’ils puissent refléter la réalité des pratiques dans l’exploitation minière artisanale et à petite échelle de l’or au Togo.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents