Togo : le président Faure Gnassingbé engagé à trouver des réponses aux questions écologiques du secteur halieutique

S’exprimant sur l’état actuel des ressources halieutiques au Togo au magazine Marine et Océans, le numéro 1 du Togo, Faure Gnassingbé  a indiqué que des mesures écologiques seront prises pour réglementer le domaine halieutique au Togo. Un domaine qui selon lui contribue largement à la sécurité alimentaire en Afrique

« Nous sommes très engagés à trouver des réponses appropriées aux questions écologiques qui se posent dans ce domaine, en particulier la protection de la biodiversité maritime et la lutte contre l’érosion du littoral. Les ressources halieutiques sont vitales à la vie de plus de 200 millions d’Africains… » confie t-il au magazine.

LIRE AUSSI: Les poissons de plus en plus accros des plastiques

Le chef de l’Etat togolais dans l’interview qu’il a accordé à nos confrères n’a pas passé sous silence les maux dont souffre le secteur maritime togolais.

« Derrière l’enjeu alimentaire se profile celui de la sécurité dans la mesure où la surpêche, la pêche illicite non déclarée et non réglementée, la pollution, la destruction des habitats ont un impact négatif sur la préservation, la conservation mais aussi la protection de ces ressources. », affirme t-il.

LIRE AUSSI: Les besoins de consommation en poissons au Togo estimés à plus de 100.000 T/an

Avant de justifier  « Cela exige donc des Etats côtiers un cadre institutionnel, juridique et opérationnel harmonisés, adéquats et adaptés aux menaces de l’heure dans leur espace maritime. » 

Au Togo, les ressources halieutiques sont disponibles dans les eaux marines, les eaux lagunaires et les eaux fluviales. La gestion halieutique détermine la politique de pêche. Le secteur représente environ 4,5% du PIB agricole primaire. Concernant la pêche maritime, elle constitue le plus gros pourvoyeur de produits halieutiques avec une production d’environ 20.000 tonnes correspondant à 80 % de la production nationale.

Pour rappel , la croissance de la demande en protéines, due à l’augmentation de la population, la pêche Illicite non déclarée et non réglementée, la surpêche, les mauvaises techniques de pêcherie de transformation et de conservation dans la chaîne de valeur de la pêche constituent des menaces à la qualité et à la disponibilité des ressources halieutiques. 

Edem Kolani

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents