Togo: le ministère de l’environnement s’engage contre l’utilisation des pesticides chimiques

Le ministère de l’environnement et des ressources forestières évalue le niveau de mise en œuvre de la Convention de Rotterdam au Togo. Il a organisé ce mercredi 1er décembre 2021 à l’intention des experts en charge de la gestion des produits chimiques un atelier de formation sur le renforcement de la mise en œuvre de cette Convention. La rencontre a permis d’échanger et de prendre des décisions idoines qui permettront de mieux gérer les produits chimiques et pesticides au Togo.

Togo/Usage abusif des pesticides : vivement que les sanctions soient appliquées

La Convention de Rotterdam porte sur la réglementation et la gestion des produits chimiques et pesticides. Elle a été ratifiée il y a de cela 17 ans par le Togo qui peine toujours à la mettre en application de façon efficace. Pour preuve, la vente anarchique et l’utilisation des pesticides continuent de plus belles avec des risques sanitaires et environnementaux qui sont toujours légions dans le pays surtout dans les communautés rurales.

Selon Bafei Essolakina, chef section des substances chimiques et matière radioactives à la direction de l’environnement, cet atelier vise à évaluer le niveau de la mise en œuvre de cette Convention en vue de définir des actions futures à mener pour sa mise en œuvre efficace pour le bien-être des populations.

À SAM, les producteurs sont sensibilisés sur les méfaits des pesticides

« Nous n’avons pas fait d’avancée substantielle depuis la mise en place de la Convention de Rotterdam. Cette rencontre permettra aux experts d’échanger de manière approfondie et de prendre des décisions idoines qui nous permettront de mieux gérer ces produits chimiques et les pesticides. Nous allons accentuer la sensibilisation des acteurs du commerce des pesticides et également des utilisateurs qui sont les agriculteurs et qui ignorent les effets néfastes de ces produits. Nous allons ensuite mettre en place un réseau de collecte, d’analyse et de notification des impacts issus de l’utilisation de ces produits.», a-t-il déclaré à l’ouverture de l’atelier.

M. Bafei a précisé que des ressources seront également mobilisées pour développer des alternatives à l’utilisation des produits chimiques afin de mettre à la disposition des populations des pesticides moins toxiques et respectueux de l’environnement.

À Danyi , l’usage des pesticides est récurrent

Par ailleurs, des actions sont engagées pour déceler les manquements de la Convention de Rotterdam. Dans ce sens, le ministre de l’environnement et des ressources forestières a sollicité l’appui technique et financier de la FAO à travers le secrétariat de la Convention afin d’évaluer les risques environnementaux des pesticides dans la préfecture de Bassar et de Moyen-mono pour la phase pilote.

Cet appui s’est concrétisé par la signature le 23 juillet dernier qui permettra de mener des activités d’enquête et de renforcement des capacités des acteurs en charge de la gestion des produits chimiques.

La rédaction

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents