Togo : La vulnérabilité des femmes face aux changements climatiques nécessite une prise en compte de leurs préoccupations

Les femmes ne sont pas seulement les victimes des changements climatiques, elles peuvent aussi agir activement et efficacement et promouvoir les méthodes d’adaptation et d’atténuation.

C’est ce qu’a fait savoir le Chef division lutte contre les changements climatiques à la direction de l’environnement, Mme Yaou Mery  lors de la conférence débat organisé au centre national de semences forestières de Davié, à l’occasion de la journée internationale de la femme (JIF) édition 2022.

La communicatrice a commencé sa présentation par les notions et concepts des changements climatiques, les causes, les conséquences et les solutions en termes d’adaptation et d’atténuation.

Adaptation aux changements climatiques : le Togo milite pour davantage de  ressources financières à Glasgow

« La  vulnérabilité des femmes face aux changements climatiques nécessite la prise en compte de leurs préoccupations dans la recherche de solutions à ce fléau. « , a-t-elle lancé d’entrée.

Avant de poursuivre « Dans les prises de décisions, il faut que leurs voix soient entendues et leurs propositions et connaissances prises en compte. »

Aussi a-t-elle a précisé « Le genre doit être prise en compte et mise en œuvre dans tous les projets et programmes de développement. »

Il faut noter que les priorités et les besoins des femmes doivent être pris en compte dans les projets de développement ainsi que pour leur financement. Les femmes devraient prendre part à la prise de décision aux niveaux national et local concernant l’allocation des ressources aux initiatives liées aux changements climatiques.  Il  importe également d’encourager les investissements prenant en compte la dimension sexospécifique dans les programmes d’adaptation et d’atténuation, le transfert des technologies et le renforcement des capacités.

La rédaction

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents