La 38ème réunion des chefs d’État-major de la CEDEAO ouverte ce lundi

Lomé accueille depuis ce lundi matin la 38ème réunion du comité des chefs d’état-major de la CEDEAO.

Cette réunion des principaux responsables militaires de l’organisation sous-régionale leur permettra entre autres de faire le point de l’exécution des recommandations de la 37ème réunion, d’examiner pour décision la montée en puissance de la Force en Attente de la CEDEAO FAC et de la mission en Gambie, spécialement des effectifs et surtout la logistique à pourvoir et s’informer sur les opérations actuelles de la CEDEAO.

Il sera essentiellement question de faire le bilan, sans concession, des décisions prises lors de la dernière réunion tenu en septembre 2017 à Monrovia mais aussi de pencher sur la concrétisation de la mise en place de la force en attente de la CEDEAO.

Aubaine également pour les participants de réfléchir sur la nécessité de renforcer leurs capacités logistiques pour rendre encore plus efficace le déploiement et la gestion de leurs missions de soutien à la paix.

Le président du comité des chefs d’état-major de la CEDEAO, en la personne de Félix Kadanga a indiqué lors de la cérémonie d’ouverture des travaux que la réunion du comité des chefs d’état-major est une plate forme d’échange et de débat sur toutes les questions touchant à la sécurité et la paix dans la région ouest-africaine.
« Il est un outil chargé du renforcement de l’intégration régionale dans les domaines de la défense et de la sécurité dans notre espace communautaire que nous voulons stable paisible et sécurisé. La région ouest africaine tout comme l’ensemble du contiennent est confrontée à des menaces terroristes de tout genre. Ce sont là des facteurs d’une insécurité qui interpelle au plus haut niveau les chefs d’état major des pays membres de la CEDEAO »

Et d’ajouter « Des efforts sont en cours au niveau régional pour l’opérationnalisation du dépôt logistique de la CEDEAO Lungi en sierra Leone. De même, nous nous devons de saisir cette occasion, pour décider des orientations à donner aux missions de paix en Guinée Bissau et en Gambie au regard des menaces qui risquent de compromettre durablement, si nous prenons garde, les ambitions d’émergence de notre communauté, l’examen des points inscrits à l’ordre du jour, requiert de nous, une attention particulière »

Il faut préciser que la commission de la CEDEAO s’engage à un dialogue sur les conditions d’un meilleur suivi et la mise en œuvre des décisions qui seront prises dans le cadre de ce comité afin d’accroitre l’efficacité de leurs contributions à la paix , à la stabilité et à la sécurité régionales.

Kofi Meser.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents