Groupe HeidelBergCement Togo : Le réconfort des agriculteurs du canton de Tokpli par la mécanisation

L’expérimentation de la modernisation et de la mécanisation agricole a changé le vécu de plusieurs agriculteurs et de leurs familles dans le canton de Tokpli à Tabligbo (environ 79.6 km de Lomé). Et cette expérience, l’Union des Groupements Agricoles du canton de Tokpli (UGA-CT) et son président, Anagonou Ablanouvi l’ont faite grâce à la fondation du groupe cimentier allemand Heidelberg Cement installé au Togo.

Le groupement fort de ses 24 membres fait dans le maraichage, les cultures vivrières comme le manioc, le maïs et dans les cultures secondaires comme l’arachide et le haricot. Mais, produire à la houe avec un climat devenu de moins en moins clément est une tâche bien ardue pour les agriculteurs du canton de Tokpli. Pour y remédier, il y 5 ans déjà, via une approche participative de résolution des problèmes, la fondation Heidelberg Cement Togo à travers SCANTOGO a contribué à l’acquisition d’un tracteur au profit de l’UGA-CT afin de permettre aux agriculteurs d’augmenter leurs surfaces cultivables et de s’affranchir des astreintes liées aux travaux champêtres.

Interrogé par Vert-Togo, Anagonou Ablanouvi confie que : « SCANTOGO à travers la fondation nous a appuyé avec un tracteur à hauteur de 5.554.300 FCFA. La fondation nous a également équipé d’une égreneuse, d’une batteuse et d’une racleuse. »

Résultat des courses, non seulement les agriculteurs de l’Union des Groupements Agricoles du canton de Tokpli ont pu pousser un « ouf » de soulagement, mais leurs familles et leurs greniers aussi.

Le vent de la mécanisation

Pour le président du groupement, également père de famille, bien avant la connaissance de la mécanisation agricole, sa famille et lui vivaient dans des conditions difficiles, malgré son activité agricole. Rendements maigres, surfaces cultivées faibles, longues et fatigantes activités de labour, de semis et de récoltes ; un concentré de difficultés qui a eu le mérite de faire abdiquer surtout les plus jeunes qui préfèrent aller en ville ‘’se chercher’’.

« Bien avant qu’on ne découvre ce qu’est la mécanisation agricole, nos conditions étaient assez pénibles. Nous cultivions à la houe. Et  les terres agricoles ne nous étaient  pas toujours favorables. »

Mais, aujourd’hui M. Anagonou peut témoigner des bienfaits de son activité agricole. « De nos jours, des machines plus sophistiquées permettent de faire le travail plus facilement et plus rapidement tout ayant besoin de moins de main-d’œuvre et ce sont des avantages conséquents. Par conséquent, on peut voir ces dernières années des machines incroyables qui deviennent de plus en plus indispensables pour faire de bonnes récoltes. », se réjouit-il.

Des chiffres et des expériences qui parlent d’eux-mêmes

En 2017, par rapport à leur compte d’exploitation, chacun des 24 groupements a bénéficié d’un appui financier de 325 000 FCFA pour la saison agricole. Après ce soutien, la fondation a procédé à l’évaluation de l’impact de cet investissement agricole. Avec les données collectées, deux indicateurs, ont permis de faire cette évaluation. Il s’agit des indicateurs ‘’superficies cultivables’’ et ‘’quantité de production’’.

Après investissement, c’est-à-dire la mise à disposition du tracteur et le financement, auprès de 23 groupements sur les 24 membres de l’UGA-CT ont permis d’avoir les résultats suivants : Sur le plan du genre, il a été noté une forte implication des femmes dans les groupements soit 77% contre 23% d’hommes. Quant au rendement, on recense 11 cas d’augmentation des rendements sur 23 cas étudiés et 12 cas de baisse soit, sur les superficies cultivables, soit au niveau de la production. Par ailleurs, une appréciation a été également recueillie par rapport à l’utilité de l’apport du tracteur et des financements reçus. Ainsi, la part d’utilité du tracteur contribue à 69% dans l’augmentation du rendement contre 65% pour les financements accordés.

En dehors de son appui pour la mécanisation, la fondation a également accompagné financièrement les agriculteurs des groupements. « Nous avons été également appuyés avec des financements de l’ordre de 8 millions 500 FCFA et 7 millions FCFA en deux années successives en fonction des groupements pour nous aider à augmenter nos productions agricoles. », explique M. Anagonou.

Mais, au-delà de la mécanisation et de l’accès aux financements, un défi majeur reste à relever par les agriculteurs de Tokpli. Celui de la maitrise de dame nature et les caprices des saisons. « Je tiens à préciser que les deux années précédentes, nous avons subi les actions de la sécheresse qui a été néfaste pour nos productions agricoles. » indique-t-il

Et de préciser « Dieu merci, cette sécheresse s’est apaisée mais elle a perturbé  sérieusement le calendrier agricole. En 2021 nous avons eu une petite saison pour cultiver du maïs et du manioc. C’était de septembre à décembre.  Et avant quand on labourait le champ avec la houe, le rendement agricole n’était pas du tout élevé. A peine on pouvait produire 1 tonne. Mais depuis que nous avons acquis ce tracteur on va à 2 tonnes et plus par hectare. »

Notons qu’a l’instar des divers soutiens que l’UGA-CT a reçu sur le volet agriculture, ses membres ont également été outillés pour faire face aux problèmes organisationnels, de gestion ainsi qu’au manque d’information et de stratégie de commercialisation.

Kofi Meser.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents