CEDEAO: la 2è phase du SyRIMAO lancée pour une bonne production et exportation des mangues

Consolider, amplifier et pérenniser les acquis de la lutte contre les mouches des fruits en Afrique de l’Ouest afin d’améliorer les revenus des producteurs et augmenter les parts de marchés des exportations de mangues. C’est l’objectif de la 2è phase du projet « Système régional innovant de contrôle de mouches des fruits en Afrique de l’Ouest (SyRIMAO) » lancée jeudi 8 juillet 2021 à Lomé par la commission de la CEDEAO avec l’appui financier de l’Union Européenne et l’Agence françaises de développement (AFD).

Le lancement a été présidé par le Directeur de cabinet du ministère en charge de l’agriculture en présence des différentes parties prenantes.

Financé à hauteur de 13,9 millions d’euros pour une durée de 4 ans, la phase 2 du SyRIMAO met l’accent sur la consolidation, la diffusion à grande échelle et la vulgarisation des techniques de lutte efficiente à faible impact environnemental auprès des producteurs, l’extension des activités de surveillance, veille et alerte à l’ensemble des 15 Etats membres de la CEDEAO, et la mise en place de mécanismes de pérennisation du système de surveillance et de lutte au double niveau régional et national, à travers notamment la structuration des filières mangues.

Le directeur de la protection des végétaux, Atsu Tagba explique ce qui sera concrètement fait dans le cadre de cette deuxième phase de mise du SyRIMAO.

« Cette 2e phase du projet SyRIMAO va permettre la bonne production et une bonne exportation des produits vers l’étranger. Pour ce faire, tout le personnel notamment les planteurs, les vulgarisateurs qui mènent la lutte sur le terrain continueront d’être formés. Les techniciens seront également formés pour s’assurer que les mangues, avant d’être envoyées par avion ou par bateau vers les marchés d’exportation, que ce soit des produits agricoles qui obéissent à des normes requises », a-t-il expliqué.

Procédant au lancement, le Directeur de cabinet du ministère en charge de l’agriculture, Kolani Yendiogue a souligné que la première phase du projet a permis d’atteindre d’importants résultats au Togo.

« Le projet a permis de mettre en place un système de surveillance et d’alerte précoce contre ces ravageurs à travers des vergers répartis sur l’ensemble du territoire national, de former 300 producteurs de mangue à la surveillance et 100 autres à la lutte contre les mouches de fruits. Il a permis également d’équiper la direction de la protection des végétaux en matériel et équipements de laboratoire et d’appuyer la mise en place du comité national de lutte contre les mouches des fruits. Il a favorisé par ailleurs la mise en place de l’interprofession de mangues dans notre pays », a laissé M. Kolani Yendiogue.

Notons que le SyRIMAO renforce les efforts consentis par la CEDEAO depuis 2015 dans 11 de ses 15 Etats membres, à travers la première phase du projet de lutte contre les mouches de fruits dans la région (PLMF, 2015-2019), pour surveiller et contrôler la propagation transfrontalière des mouches des fruits.

La rédaction

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents