Près de 3 milliards de personnes exposées à des contaminants provenant de la biomasse

Les composés organiques et les particules libérées lors de la combustion des forêts pour défricher des terres peuvent tuer les cellules pulmonaires humaines ou entraîner des lésions irréversibles de l’ADN. Nous rapporte une étude publiée par le portail scidev.net

A en croire le confrère, la  combustion des forêts pour créer des terres propices à l’agriculture ou à l’élevage est une pratique répandue dans de nombreuses régions du monde en développement.

Près de trois milliards de personnes dans le monde sont ainsi exposées à des contaminants provenant de la combustion de la biomasse, conformément à des pratiques agricoles et à d’autres pratiques liées à la déforestation et à la combustion du bois.

 Une équipe de chercheurs brésiliens a étudié les particules libérées lors de la combustion de la biomasse à l’aide de matériaux recueillis dans la forêt amazonienne, afin d’évaluer leur impact sur la santé humaine.

Une grande quantité de molécules pro-inflammatoires ont été produites par les cellules presque aussitôt que l’exposition a commencé. Les cellules ont également commencé à libérer des quantités significatives de dérivés réactifs de l’oxygène (DRO), un type de substance qui endommage les structures cellulaires lorsqu’elle est produite en grande quantité.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents