Le transfert d’animaux et leur adaptation au cœur d’une mission d’expert namibien au Togo

Du 05 au 10 août derniers, trois experts namibiens ont passé un séjour au Togo. Ce séjour s’est inscrit dans le cadre de l’expérience namibienne qui sera mis au profit du Togo vis à vie de l’écotourisme.

Ces derniers ont échangé avec les autorités togolaises sur l’aménagement des aires protégées et la possibilité de leur enrichissement en espèces fauniques à des fins touristiques.

Quatre aires protégées ont été ainsi visitées sur toute l’étendue du territoire national.
Du sud au Nord, les services compétents des ministères chargés de l’Environnement et des Ressources Forestières, de la Défense, des Affaires étrangères, de l’administration territoriale et les trois experts namibiens ont visité les aires protégées de Togodo Sud, de Fazao-Malfakassa, de Djamdè et de Sarakawa.

La visite de ces sites a vu la présence du ministre de l’environnement, André Johnson vu l’importance de cette mission  »
À en croire les conclusions issues de cette visite, les conditions climatiques sont similaires dans les deux pays et le transfert des animaux et leur adaptation biosphère transfrontalière du Delta du Mono, l’élaboration du plan d’aménagement et de gestion de certains sites et surtout l’implication de la population riveraine organisée en « Association Villageoise de gestion des aires protégées ».

Par ailleurs à chaque aire protégée, les experts namibiens ont partagé leurs expériences et ont fait des propositions pertinentes pour une promotion et une valorisation des parcs togolais à des fins touristiques.

Pour chacun des sites visités, ils ont déploré le développement des tecks qui sont des plantes envahissantes et destructives de biodiversité.

Les experts ont vivement recommandé leur dégagement systématique pour la reconstitution des habitants au profit des animaux, en relation avec le brament pour faire des aires protégées, un pool d’attraction pour les touristes  » à l’instar de la Namibie qui est l’un des premiers pays de conservation de la nature.

Il faut préciser que les experts seront de retour en janvier prochain pour faire l’évaluation des prérequis liés au transfert des animaux vers le Togo, en commençant par les zones de Djamdè et Sarakawa qui enregistrent des avancées dans la gestion de la faune locale et disposent déjà des infrastructures de sécurisation de base comme les clôtures. Le transfert d’animaux se fera sans difficulté par le biais de la proximité de l’aéroport international de Niamtougou.

Pour information dans les prochains jours, une délégation togolaise se rendra en Namibie pour constater et découvrir ce qui se fait.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents