La Côte d’Ivoire séduite par le projet Carte de fertilité des sols du Togo

«Ce qui nous a amené au Togo, c’est que, face à la baisse graduelle de la fertilité de nos sols, couplée à tout ce qui est changement climatique, il était nécessaire de venir apprendre auprès de l’équipe de l’ITRA qui est très avancée dans un vaste programme de cartographie des sols cultivés au niveau du Togo».

Ces propos justificatifs de Dr Yao Guy Fernand, Directeur du laboratoire central sol, eau et plante du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA) à Bouaké en Côte d’Ivoire cadrent avec le cadre général des travaux de détermination des aptitudes culturales des zones de production couplés à l’élaboration de carte de fertilité sur les spéculations de première importance à savoir le cacao, le café, le coton, le palmier à huile. Dans ce sens, deux chercheurs du CNRA ont effectué, du 16 février au 7 mars 2022, un séjour scientifique à l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA).

Qui renseigne que la rencontre avait pour but d’approfondir les connaissances des visiteurs en termes de fertilisation raisonnée des cultures jugées très importantes pour les vastes programmes de lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, la pauvreté et tout ce qui est lié à la résilience aux changements climatiques.

Togo : Les agriculteurs invités au respect des recommandations liées aux cartes de fertilité des sols

«Durant trois semaines, les chercheurs du CNRA ont pris connaissance du projet de l’élaboration de la carte de fertilité des sols agricoles du Togo dans sa globalité, sa mise en œuvre, les méthodes de collecte de données sur le terrain, le traitement des échantillons et les méthodes d’analyse au laboratoire des échantillons collectés, les outils pour l’élaboration des cartes de fertilité, le déploiement de la plateforme fertitogo, les acquis et d’autres sujets connexes qui ont contribué aux résultats atteints».

A la fin, les chercheurs du CNRA assurent : «cela nous donne déjà des idées sur comment réfléchir sur les méthodes d’élaboration des cartes de fertilité de nos sols en Côte d’Ivoire et sur de nouveaux modèles de fertilisation, de nouvelles méthodes de recommandation d’engrais pour les producteurs des différentes spéculations, en se basant plutôt sur un raisonnement logique plutôt que des formulations a priori en termes de besoins en nutriments».

Les Ivoiriens Yao Guy Fernand et N’Goran Kouadio Emmanuel sont repartis du Togo avec des outils qu’ils sont parvenus à développer lors de la formation, en termes de formulation des recommandations de fertilisation en lien avec le niveau actuel de fertilité des sols et qui cadrent bien avec leurs objectifs.

De son côté, le coordonnateur du projet de l’élaboration de la carte de fertilité des sols agricoles du Togo, Dr Ganyo Kyky, se réjouit d’une rencontre gagnant-gagnant. «Avec cette visite, ce sont de bons moments de partage que nous avons connus, à tel point que l’équipe du Togo, qui a partagé son expérience sur la carte de fertilité des sols, a reçu, en retour, l’expérience ivoirienne sur l’agronomie du café-cacao et bien d’autres aspects».

Lors de la phase de visite de terrain effectuée au Centre de Recherche Agronomique zone Forestière (CRAF), basé à Kpalimé, les échanges avec l’équipe de recherche du programme café-cacao de l’ITRA ont débouché sur la nécessité d’une synergie d’actions sur des thématiques de recherche qui pourront évoluer vers des guichets collaboratifs régionaux pour attirer des financements pour la recherche développement agricole. Les chercheurs du CNRA ont manifesté la volonté d’accueillir des chercheurs et techniciens de l’ITRA pour poursuivre le partage d’expériences sur le café-cacao. On y voit alors le début d’une grande collaboration entre le CNRA et l’ITRA.

Togo : quel type de culture pour quel type de sol ? Les explications du DG d’ITRA, Lombo Yao

A rappeler que, démarrée en 2017 avec la phase pilote sur les sites des agropoles à travers les cinq régions du pays, l’élaboration des cartes defertilité a été étendue.

94% du territoire national, soit 3 362 180 ha sur les 3 592 800 ha de terres agricoles estimés, sont échantillonnés. 56% de la superficie agricole nationale (2 012 500 ha de terres) sont analysés, dont 54,2% sont cartographiés. Dans la pratique, des prélèvements sont faits, des échantillons sont analysés, des cartes thématiques sont établies ; ce qui aboutit aujourd’hui à l’édition des essais de validation des nouvelles recommandations d’engrais sur les principales cultures au Togo, préfecture par préfecture.

L’UNION

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents