Grâce au projet Organic4students, 350 élèves s’initient à l’agro écologie à Kpélé Adéta

En termes de sécurité alimentaire, les jeunes représentent l’avenir. Malgré  cela, peu de jeunes gens de par le monde réussissent à envisager leur avenir dans le secteur agricole ou dans les zones rurales.

Et pourtant, le secteur agricole continue d’offrir de nombreuses opportunités d’emplois intéressantes, sur les exploitations et en dehors. Y compris pour les jeunes.

Aussi le système de production conventionnel n’encourage pas les jeunes. Il est donc important de trouver une alternative : les jeunes doivent prendre goût à l’agriculture qui améliore la santé du sol, des écosystèmes et des personnes.

Appel à projets Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest 2021

Le maintien et l’amélioration de la fertilité et la restauration des sols restent importants et requièrent l’utilisation des techniques écologiques. Il est alors urgent de sensibiliser,d‘informer et de former la population la plus jeune possible. C’est tout ce qui a motivé Alice Adabra, la jeune agro économiste togolaise a lancé son projet Organic4students.

Un projet  coordonnée par elle-même et soutenu par IFOAM à travers le projet Om4D au Togo à l’endroit des jeunes élèves du Togo.

L’agroécologie au-delà de la protection de l’environnement est rentable selon Yannick ABODAH

De fait, ce projet veut contribuer à l’adoption de l’agriculture biologique et de  l’agro écologie par les communautés et plus précisément par la communauté de kpélé adéta (150km de Lomé) ; ceci  à travers l’instauration des cours théoriques et pratiques dans les écoles afin de sensibiliser les élèves qui constituent la relève.

Pour l’heure, ce n’est que deux écoles à kpele Adeta (l’École privée la sagesse universelle, et l’École Primaire catholique Saint Raphaël d’Adeta), qui sont bénéficiaires de ce programme.

Vue partielle des élèves à l’oeuvre

« Nous faisons au moins 1 heure de cours théoriques et 2 heures de cours pratique par semaine. Nous voulons que les élèves puissent toucher du doigt la réalité de l’agriculture sans engrais chimiques et qu’ils aient une idée des conséquences de cette alternative pour les paysans et pour le secteur agricole. Ceux-ci seront eux même déjà informés et pourront grandir avec ces connaissances et éventuellement, ils pourront aussi déjà en parler autour d’eux. », confie l’agroéconomiste à vert-togo.com

Avant de poursuivre « Déjà au total 350 élèves environ pour les deux écoles bénéficient du projet et sont bien motivés. »

Nous projetons de travailler avec beaucoup plus d’écoles l’année prochaine, puisqu’il y a déjà d’autres responsables d’écoles dans les zones reculées qui sont très intéressées. Mais nos moyens étant limités nous avançons pas à pas.

Agou-Nyogbo/ OJEDD: une trentaine de jeunes et femmes formés sur l’agroécologie

Il est impératif d’améliorer la compétitivité de ce secteur, en encourageant l’innovation, les investissements publics dans les produits et services en zones rurales. Il est nécessaire que nous Semons les graines d’une agriculture durable et respectueuse de l’environnement dans l’esprit des enfants qui seront des relais au sein de leur communauté. Les enfants vont sensibiliser les parents sur l’agriculture durable vu que la majorité des parents ont des champs de production.

Il reste toutefois beaucoup à faire pour atteindre ces objectifs et ainsi mette fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée et c’est ce que le projet Organic4students a commencé.

Edem Kolani

Pour tous vos articles et annonces : contactez nous au 92635685/98618880

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents