Togo : voici le Plan de riposte pour soutenir les agriculteurs en période de COVID-19

Le gouvernement togolais  vole au secours des producteurs agricoles avec le  Plan de riposte agricole Covid-19 (PRA Covid-19).

En d’autres termes , les mesures spécifiques visant a assurer aux ménages ruraux une sécurité alimentaire et multiplier à terme leur revenu habituel par deux au moins, sont établies a travers la facilitation de leur accès à des kits d’intrants massifs pour toucher les ménages.

Conformément à la vision du Chef de l’État de faire de l’agriculture le levier de création de richesses, et dans le contexte de la crise sanitaire due à la pandémie à coronavirus, le Gouvernement met en œuvre un «Plan de Riposte Agricole COVID-19» pour consolider la sécurité alimentaire et nutritionnelle et améliorer le revenu des producteurs agricoles et donc, leur conditions de vie.

Le plan en question connu  est  constitué d’un appui en matériel agricole, labour, essouchage et kits d’irrigation, la promotion d’entreprises de placement de main d’œuvre, un crédit d’intrants à taux bonifiés pour la production à terme de 225.000 tonnes de coton, 1.990.000 tonnes de maïs, 332.508 tonnes de riz, 138.798 tonnes de soja.

On compte parmi ces filières , celui du sésame, de  la tomate, du gingembre, de  l’oignon et du  piment.

LIRE AUSSI: Comment le fermier africain rebondira-t-il après le COVID-19?

Il vise, selon les informations, un accroissement de revenus des producteurs de 228 milliards de francs CFA.

Comment bénéficier à ce plan ?

 Le ministre de l’Agriculture, de la production animale et halieutique donne des précisions à propos.

Les producteurs de coton doivent se faire recenser par la Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) et les PME/PMI agrégateurs, opérant dans les filières à haute valeur ajoutée comme le soja, doivent s’approcher des services déconcentrés du ministère dans leurs localités pour le faire.

« Les bénéficiaires devront se  constituer  en groupe d’entente solidaire affilié à  une Entreprise de service et organisations de producteurs (ESOP), ou à une PMI/PME d’acheteurs ou transformateurs de soja. Le bénéficiaire doit accepter un contrat d’agrégation avec une PME/PMI et s’engager à cultiver des produits comme le maïs, le riz,  le coton ou le soja ».

Ce plan a un autre pan. Avec le numéro de sa carte d’électeur et un numéro de téléphone actif, le postulant pourra recevoir un crédit de campagne  via le porte-monnaie électronique.

Des interventions qui ciblent spécifiquement d’autres acteurs des chaînes de valeurs agricoles comme vous pouvez le voir sur le support infographique à la une  sont également prévues.

La rédaction

 

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents