Togo : Une Nouvelle loi sur l’alimentation scolaire, protectrice de l’environnement

 L’Assemblée nationale du Togo a récemment approuvé à l’unanimité une loi sur l’alimentation scolaire qui repose sur le droit à l’alimentation et l’importance d’une alimentation saine pour chaque enfant.

Cette réglementation s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale d’élimination de la faim et de réduction de la pauvreté, ancrée dans le Plan national de développement 2018-2022.

L’élaboration de la loi a bénéficié pendant plusieurs années du soutien technique de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM)

Elle permet la collaboration de différentes parties prenantes et cherche à responsabiliser les plus vulnérables, en tant qu’agriculteurs familiaux et filles. Elle reconnaît l’importance de la nutrition, de l’égalité des sexes et de la sécurité alimentaire à tous les stades de la chaîne alimentaire, conformément au principe d’interdépendance des droits de l’homme. Elle vise également à stimuler le développement économique et l’agriculture, ainsi qu’à améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs ruraux grâce à des achats publics auprès de producteurs locaux.

 Une pierre angulaire dans le processus  de développement

Cette loi sur l’alimentation scolaire s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par le pays dans le passé pour intégrer le droit à une alimentation adéquate et à la bonne gouvernance dans les politiques et la législation nationale.

La FAO a aidé les autorités nationales et les personnes clés togolaises à atteindre cet objectif entre 2015 et 2018. L’Organisation renforce leurs capacités et les sensibilise à la sécurité alimentaire par la formation et l’éducation.

Les décideurs politiques se sont réunis à plusieurs reprises pour discuter des moyens spécifiques de réaliser le droit à l’alimentation. Principalement, en le reconnaissant dans les constitutions, en adoptant des lois cadres ou nationales et en assurant la cohérence de la législation sectorielle en matière d’alimentation et de nutrition dans les écoles. Certains parlementaires du Sénégal et de la Bolivie se sont rendus au Togo pour participer aux débats et partager leurs expériences.

Selon BIKOUNLE, le bio doit toucher les bancs pour garantir une alimentation saine au Togo

D’autre part, les journalistes ont été encouragés à créer le Réseau national de journalistes sur le droit à l’alimentation, afin que les individus puissent faire entendre leur voix dans les décisions politiques liées à l’alimentation qui peuvent les affecter, comme le recommande la Directive 11 sur le droit à l’alimentation. Les étudiants universitaires ont également eu l’occasion d’apprendre comment le droit à une alimentation adéquate peut devenir une réalité.

Pourquoi une loi sur l’alimentation  est-elle importante pour la planète?

Les enfants sont particulièrement vulnérables à l’insécurité alimentaire, car ils dépendent des adultes pour l’accès à l’éducation, aux services de santé et à une alimentation adéquate pour répondre à leurs besoins alimentaires.

Une alimentation adéquate dans les écoles et une bonne nutrition contribuent au bien-être des enfants et au développement de la communauté.

Nos actions, nos décisions et nos comportements quotidiens ont tous un impact sur le climat. Le changement climatique compromet la santé de notre planète et modifie notre monde.

Il multiplie les catastrophes naturelles et les problèmes d’environnement et rend la vie dure aux agriculteurs qui cultivent notre nourriture. Ces cultures font d’ailleurs aussi partie du problème, car pour produire selon nos besoins, nous avons pris des raccourcis, en portant préjudice à notre planète.

Pour nourrir une population croissante qui devrait atteindre les 9,6 milliards d’habitants en 2050, nous devrons apprendre à cultiver ce qu’il nous faut sans continuer à détruire pour autant notre planète.

D’autre part, la législation peut garantir des mécanismes institutionnels pour la mise en œuvre, la coordination et la responsabilité des États, indépendamment des changements politiques. Étant donné que les lois sur l’alimentation scolaire ciblent des questions spécifiques, elles définissent plus précisément le droit à l’alimentation, orientent les politiques publiques et fournissent les moyens d’en assurer la mise en œuvre.

Statut du droit à l’alimentation au Togo

Malgré les progrès réalisés dans le passé, le taux global de pauvreté au Togo est de près de 53,5 % (en 2017) et 5 % de la population souffre de malnutrition aiguë. Près d’un tiers des jeunes enfants souffrent d’un retard de croissance, leur taille étant trop petite pour leur âge en raison de la malnutrition.

La Constitution de la République togolaise garantit implicitement le droit à une alimentation adéquate par le biais de droits de l’homme plus larges. Le Togo est devenu  un État partie au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) en 1984 par voie d’adhésion. Il a signé le protocole facultatif (OP-PIDESC) en 2009.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents