Togo : Lodonou Akofa , la jeune femme qui transforme le beurre de karité en produit cosmétique bio prestigieux

« Avec la volonté, la détermination et surtout beaucoup de travail, on peut réussir » Le jeune entrepreneur togolais, Mme  Lodonou Akofa est une réussite dans la cosmétique togolaise. Avec son produit « kari kerl », elle fait montre de la richesse naturelle que les produits togolais consistent.

« J’ai remarqué que malgré tout ce qu’on détenait comme richesse naturelle, parlant des produits togolais Dieu nous a fait grâce de nous donner le beurre de Karité. En effet, c’est un produit qui a assez de valeur. Il est non seulement réparateur, mais hydrate également la peau. Si vous comparez au fait une personne qui utilise régulièrement le beurre de karité à une autre qui n’en utilise pas, vous allez constater tout de suite une grande différence du point de vue corporelle. Celle qui l’utilise régulièrement à une peau lisse, sans vergeture et vraiment étincelante. Le beurre de karité a aussi des vertus de cicatrisation de plaies, efface les taches de la peau et permet une certaine relaxation des muscles. », raconte t-elle dans la revue bimestriel Made in Togo.

LIRE AUSSI: Du beurre de  karité  100% bio à la 16ème Foire Internationale de Lomé

« kari kerl » , la marque de cosmétique bio fabriquée au Togo , a pour seul objectif d’apporter sur le marché de la cosmétique des soins bio, efficaces, simples, avec des textures légères et répondant à de réels besoins qui existent aujourd’hui et surtout en respectant l’homme et l’environnement.

De l’art plastique à la cosmétique

À en croire la jeune femme tout a commencé avec sa formation en art plastique. En effet, artiste plasticienne au début, elle s’intéressait à tout ce qui est artistique et qui relève de l’art donc c’est au travers de ces voyages entre le Togo et d’autres pays de la sous-région qu’elle va découvrir le secret de la plante sauvage.

« J’étais souffrant d’une maladie de la peau depuis l’enfance des problèmes d’allergies et on a presque tout fait, mais les problèmes persistaient. C’est lors d’un voyage au Burkina Faso que mes allergies ont repris de plus belles, mais grâce aux conseils d’une vieille dame à qui j’ai expliqué ma situation, ma maladie a été totalement guérie. Et ceci par les vertus du beurre de karité que j’ai utilisé avec grande satisfaction. Depuis lors, j’ai commencé par faire des recherches sur le Beurre de karité et concevoir mes propres produits en vue d’aider d’autres personnes qui souffrent aussi de terribles maladies de la peau. », explique-t-elle.

LIRE AUSSI: 13 coopératives de karité préfinancées à hauteur de 6 280 000FCFA

Elle indique que le Fonds d’Appui aux Initiatives Économiques des Jeunes (FAIEJ) lui a été d’un grand soutien dans la réalisation de son projet.

« J’ai agrandi mon business. FAIEJ m’a permis de voir plus loin en agrandissant ma vision. », lance t-elle.

Avant de préciser « Il m’a  permis en outre d’élargir mon champ d’action, en touchant d’autres pays à travers ma production. J’ai eu à participer également à plusieurs foires et à faire la promotion de mes produits. »

Les difficultés

« Entreprendre au Togo n’est pas aussi facile qu’on pourrait le croire », mentionne Mme Lodonou Akofa , cela nécessite beaucoup d’effort et de persévérance pour pouvoir réussir.
Par ailleurs la pénurie de la matière première  se fait ressentir par moment par la jeune pousse.

« On fait face souvent face à la pénurie de la matière première et aussi à un manque de fonds pour assurer une grande production. D’autre part, on note aussi un désintérêt de la population togolaise face aux produits Made  in Togo mais avec les efforts qui sont déployés par les ministères en charge de l’agriculture et celui de la consommation locale ; nous osons croire que la promotion des produits togolais sera plus intense et nous permettra à faire d’avantage. » , conclu-t-elle.

Pour information en octobre dernier, la filière Karité s’est finalement dotée d’une faîtière, mais il faut noter que le Togo 7e producteur mondial du karité, fait face néanmoins à de nombreux défis structurels et organisationnels dont la faible capacité de production sur le plan national et le manque d’équipements de transformation.

Kofi Meser

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents