Togo: les chercheurs et les professionnels s’unissent pour la promotion des énergies renouvelables

Le Réseau sous régionale de recherche en énergies renouvelables (RESER-Togo) entend promouvoir davantage le développement des énergies renouvelables au Togo.

Il a organisé samedi à Lomé en collaboration avec UBIS Foundation un atelier d’échange entre les enseignants chercheurs de l’Université de Lomé et les professionnels du secteur des énergies renouvelables. L’initiative vise à créer une synergie d’actions entre les chercheurs et les professionnels afin de trouver des solutions aux problèmes qui se posent sur le terrain.

La rencontre est axée sur le thème : « Synergie recherche-action. Selon les organisateurs, elle fait suite au constat selon lequel les chercheurs et les professionnels du secteur des énergies renouvelables travaillent séparément alors qu’ils sont appelés à collaborer pour la promotion du développement des énergies renouvelables au Togo.

Togo/Kloto : La méthodologie de collecte du Plan d’Action d’Accès à l’Énergie Durable et pour le Climat validée

« RESER-Togo est en fait une organisation qui regroupe les enseignants chercheurs et les professionnels du secteur des énergies renouvelables. Mais on avait remarqué que ces deux entités fonctionnent séparément. Il faut à un moment donné créer un cadre pouvant leur permettre de discuter des problèmes que rencontrent les professionnels sur le terrain afin d’en trouver des solutions endogènes », a expliqué Prof Sanoussi Ouro-Djobo, Enseignant chercheur à l’Université de Lomé et président de RESER-Togo.

La rencontre a enregistré la participation des enseignants issus de LES, LRF, LARSI, ENSI, ERMAP, CERME et WASCAL. Du côté des professionnels, on note KYA Technologie, JVE, VESO, EGENT Togo, ECO ENERGY, ESCO Togo, GENERAL ENERGIE, OJEDD Togo, SABER et UBIS Foundation.

Ces derniers ont salué la démarche du RESER-Togo qui les aidera beaucoup dans l’exercice de leurs activités.

« Nous saluons l’initiative de RESER parce qu’aujourd’hui nous avons besoin des données et des informations crédibles pour pouvoir travailler sur les études et projets. Il faut que ces informations sortent des structures bien organisées et bien connues surtout rattachées à l’université. C’est donc une rencontre salutaire. Nous promettons d’offrir des stages aux étudiants en master par exemple dans le cadre de recherches pour leur soutenance », a laissé entendre Christian Tokoro, Directeur des études et développement de projets à la Société Africaine des biocarburants et des énergies renouvelables (SABER).

465 M$ de la Banque mondiale pour l’électrification via les énergies renouvelables

Les échanges ont essentiellement porté sur les thématiques de photovoltaïque (kits, centrales), solaire thermique (chauffe-eau sanitaire, centrale thermodynamique, séchage etc., biomasse & bioénergie (bois, charbon, foyer amélioré, biogaz, etc.).

Max D.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents