Près de 5 500 nouvelles entreprises créées en 2018 au Togo

Le nombre d’entreprises nouvellement installées au Togo a fortement bondi au cours des six premiers de l’année 2018 selon  les chiffres rendus publics en fin de semaine dernière par la cellule climat des affaires ,près de 5 500 nouvelles entreprises ont vu le jour sur le sol togolais.

À en croire la Cellule mise sur pied depuis deux ans, pour la promotion du climat des affaires au pays,pour le compte de cette année 2018, on note une hausse significative du nombre d’entreprises créées sur le territoire économique togolais.

« Cette année pourrait être une année record en matière de création d’entreprises au Togo », a affirmé la coordination de la cellule dans son dernier  rapport.

Ce chiffre traduit des potentialités et opportunités qu’offre l’économie togolaise en matière d’investissement et de création de valeur.

En confrontant les données avec celles de l’année dernière, la cellule climat des affaires révèle que ce sont au total 4 638 nouvelles entreprises qui ont pris corps au Togo, représentant une hausse de 16.3%.

Selon le rapport, la progression du nombre d’entreprises est tirée par une « augmentation sensible des Sociétés anonymes à responsabilité limité (SARL) ».

Au Centre de Formalités des Entreprises par exemple, la coordination cellule climat des affaires relève qu’au premier semestre de cette année, le taux de création des SARL s’est dédoublé pour tabler à 102.8% avec 1 308 nouvelles SARL contre 645 au cours des six premiers mois de l’année 2017.

Pour les autorités togolaises, cette embellie est tributaire des différentes réformes menées par le gouvernement allant dans le sens de la bonne gouvernance et l’assainissement du climat des affaires. A la suite de l’adoption de la loi des Finances exercice 2017, l’Etat togolais a procédé à la diminution d’un point de pourcentage, du taux d’impôt sur les sociétés. Ce taux qui était de 29% une année plutôt devrait enregistrer une baisse progressive pour se situer dans les normes de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) qui recommandent un taux d’IS de 25%.

Pour les entreprises, ces réformes constituent un gain de trésorerie notable qui incite de nouvelles ambitions entrepreneuriales. Au-delà de la fiscalité, la cellule coordonnée par Mme Sandra Johnson relève que la suppression des droits d’enregistrement et timbres, ainsi que la réduction des procédures de paiement en ligne à 1000f facilitent l’implantation de nouvelles entreprises sur le sol togolais.

Depuis plusieurs années maintenant, le gouvernement togolais œuvre pour l’amélioration du climat des affaires dans notre pays avec plusieurs facilités d’investissements offertes aux investisseurs nationaux comme étrangers.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents