Des biscuits pour les Togolais, 100 % patate douce

Les biscuits et les gâteaux qui sont des plaisirs à la fois gourmands, bons et nourriciers n’étaient pas connus de tous au Togo. Mais depuis un certain temps, ces petites merveilles commencent à s’inscrire dans le patrimoine togolais.

À zanguéra (19km de Lomé), l’unité moderne de production du « bon Pain » à base du Manioc, du Soja de M. Komlavi Daniel Agblevon, dénommée « Glory Bread » en est le siège de fabrication.

Une idée qui germe alors que ce dernier cherchait des produits de pâtisserie assez innovants pour le bien des Togolais. Le jeune Daniel s’est vite rendu compte qu’il était quasi impossible de trouver  « des friandises pour togolais qui ne soient pas chimiques, bourrées d’additifs, trop salées ou trop sucrées.

Il décide alors de substituer de la farine de blé avec celle de la patate douce pas n’importe laquelle, mais l’orange qu’il s’approvisionne au Burkina Faso. Une décision qui rime bien avec l’arrêté signé en octobre dernier demandant aux boulangeries et pâtisseries « d‘incorporer pour la fabrication du pain français et autres denrées alimentaires, de la farine panifiable de manioc, d’igname, de céréales locales ou tout autre produit agricole local dans la farine de blé.

LIRE AUSSI: Togo : à l’Infa de Tové, les jeunes innovent avec l’utilisation des farines locales en pâtisserie

Vue partielle des tubercules (ignames) cuites

«  En fait, le Projet existait depuis 2013 et a été officiellement lancé en août 2019. Glory Bred est une boulangerie en pâtisserie moderne spécialisée dans la transformation des produits locaux en pain et en toutes sortes de dérivées en pâtisserie. Ce que nous faisons ici, c’est une incorporation des farines locales à la farine de blé. Nous produisons entre autres : le pain manioc qui est fait avec de la farine de manioc ajouté avec un peu de blé que nous transformons-nous même. Nous avons actuellement des biscuits faits 100% à base de patate douce et également à base de manioc. Nous prenons la patate douce orange pour en faire des biscuits, des croissants et des friands. Nous cuissons également l’igname avec laquelle nous produisons du pain. Nous faisons cela avec 100 % des produits de pâtisserie et 60 à 70% d’incorporation avec un peu de blé pour avoir la même boulangerie à base de 100 % blé. », raconte t-il.

LIRE AUSSI: Togo/Boulangerie : Vers l’introduction du pain à base de céréales locales

Pour lui, cette boulangerie tentera de valoriser les cultures terroir à savoir outre le manioc, la fabrication du pain à base de la banane plantain et de l’avocat. L’entreprise tourne à plein régime avec 08 emplois permanents dont 02 experts venus de l’extérieur.

Une boulangerie qui respecte les normes d’hygiène et de salubrité

Vue partielle du processus de cuisson du biscuit à patate douce

Au niveau des conditions de salubrité et d’hygiène, les produits de la boulangerie de Glory Bred sont certifiés par l’Institut Togolais de Recherche Agronomique et de l’Institut Nationale d’ Hygiène. En d’autres termes, les analyses physico-chimiques effectuées dans les laboratoires des deux  instituts à Lomé ont montré que l’échantillon du pain à base de manioc est de qualité physico-chimique et microbiologique satisfaisantes. Il est noté une analyse de qualité d’hygiène et de sécurité sanitaire et propre sur le plan microbiologique pour la consommation humaine.

«  Nous sommes actuellement à pied d’œuvre pour prendre l’autorisation de mise en vente sur le marché auprès du ministère du commerce et de la consommation locale. » , précise t-il.

Un financement sur fonds propre

Toute l’installation de l’usine de Daniel Agblevon est sur fonds propre et sans financement. «  Nous avons besoin de matériels pour pouvoir améliorer la production. Et donc de financement. J’ai tendu la main fatiguée. Les banques attendent toujours que tu commences avant qu’elle te finance et parfois, c’est un peu malheureux pour nous. Il faut que le gouvernement épouse cette vision que nous avons, ceci en poussant nos concitoyens à manger du pain aux produits locaux. Il faut que ce pain soit nationalisé. » , conclu t-il.

Pour information, le travail de pâtisserie du fonctionnaire lui a été légué par sa mère. Il dit avoir pris la relève en le modernisant et en apportant une touche particulière qui est l’apport de la farine de manioc dans le but aussi de valoriser les cultures togolaises.
Actuellement, la boulangerie Glory Bread a trois points de vente : le premier à Agbalépédo, le second derrière le nouveau marché d’adidogomé et le dernier point à kpalimé.

Kofi Meser

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents