COVID-19 : le diabète et l’hypertension des facteurs à haut risque?

Une nouvelle étude affine nos connaissances sur les symptômes provoqués par l’épidémie de Covid-19 qui touche 60.349 personnes dans 28 pays dans le monde. Elle met aussi en lumière la présence de facteurs aggravants dans les cas les plus sévères.

À la fin du mois de janvier, une première publication décrivait les symptômes de 41 patients au début de l’épidémie de Covid-19. Bien que petit, cet échantillon a permis de décrire les symptômes phares du coronavirus comme la fièvre, la toux et une fatigue anormale.

Au début du mois de février, une nouvelle étude est parue, comprenant cette fois 1.099 patients venus consulter à l’hôpital pour une pneumopathie à l’origine inconnue. La présence du virus a été confirmée par une analyse RT-PCR. Cette étude n’est pas publiée pour le moment dans une revue scientifique classique, mais disponible sur Medrvix. Elle n’a donc pas été relue par un comité de scientifiques. Que nous apprend cette nouvelle étude sur les symptômes causés par Covid-19 ?

Les symptômes caractéristiques causés par Covid-19

Dans les grandes lignes, cette étude confirme les symptômes précédents. L’âge médian des patients étudiés est de 47 ans. La proportion de femme est de 41,8 %, un chiffre plus élevé que dans la première étude qui comprenait 27 % de femme. Un biais sûrement dû à la petite taille de l’échantillon. La durée médiane d’incubation est de trois jours bien qu’elle puisse s’étendre jusqu’à 24 jours.

Les trois grands symptômes du Covid-19 sont une température corporelle supérieure à 38 °C (87,9 % des patients), des quintes de toux (67,7 %) et une fatigue importante (38,1 %). Dans 79,1 % des cas, le coronavirus dégénère vers une pneumonie. Les patients dont l’état se dégrade sont alors transférés en soin intensif. Le coronavirus évolue vite, la pneumonie peut apparaître seulement trois jours après le premier diagnostic. Les cas sévères représentent 18,7 % des patients pris en compte dans cette étude.

Les examens sanguins et thoraciques montrent que 82,1 % des patients ont une leucopénie et une affection pulmonaire visible au scanner thoracique dans 76,4 % des cas.

Le diabète, l’hypertension et le tabagisme peuvent aggraver la maladie du coronavirus

Quand on se penche sur les patients dans un état critique, deux maladies très courantes semblent aggraver l’infection à Covid-19. La première est l’hypertension puisque 23,7 % des patients dans un état critique en souffrent. En deuxième position vient le diabète, sans qu’une distinction de type ne soit faite, qui touche 16,2 % des cas les plus graves.

De mauvaises habitudes de vie, comme le tabagisme, peuvent aussi jouer un rôle. Si 85,6 % des patients infectés sont non-fumeur, 16,9 % des cas sévères ont déclaré consommer du tabac (contre 11,8 % des cas moins sévères).

Il n’y a pas encore de traitement spécifique pour lutter contre Covid- 19. Les médecins essaient donc de combattre le coronavirus avec des traitements déjà existants. Les patients admis à l’hôpital se voient administrer des antibiotiques en intraveineuse (57,5 % des cas), prescrire de l’oseltamivir, un antiviral à prendre par voie orale (35,8 % des cas), et des corticoïdes (18,6 % des cas). Ce protocole est accompagné d’une oxygénothérapie et d’une ventilation non invasive pour les patients les plus gravement touchés.

Est-ce efficace ?

 Difficile à dire car pratiquement tous les patients sont restés à l’hôpital durant le temps de l’étude. Seuls 55 patients sur les 1.099 considérés ont pu rentrer chez eux.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents