Agriculture, mines, énergie : 1.400 milliards FCFA annoncés pour le Togo et 4 voisins pour l’horizon 2040

Une table ronde des partenaires techniques et financiers a manifesté et  annoncé des intentions à hauteur de 1.400 milliards de francs Cfa, soit 2,54 milliards de dollars pour le financement du Plan directeur des Corridors pour l’Anneau de croissance en Afrique de l’ouest (CACAO), couvrant cinq (5) pays que sont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo et le Bénin. Lit-on dans le bihebdomadaire Togolais l’Union pour la Patrie.

Selon la même source , il s’agit de 1.000 milliards de francs par la Banque ouest africaine de développement (Boad), chef de file des partenaires, et de 400 milliards de francs de la part de la JICA – l’Agence japonaise de développement internationale.

Le secteur privé a également manifesté son intérêt et annoncé ses intentions à financer les projets à hauteur de 352 milliards sous forme de Partenariat public-privé (PPP).

La réunion, tenue à Abidjan, en Côte d’Ivoire le 18 juillet dernier, et dont était partie Mme Zouréhatou Tcha-Kondo, ministre des Infrastructures et des transports, visait à avoir l’adhésion des partenaires et du secteur privé pour le  financement des projets «hautement  prioritaires».

De façon spécifique, précise l’Union économique et monétaire ouest africaine(Uemoa), il s’agit pour les partenaires de : intégrer les projets hautement prioritaires dans leur portefeuille pays ou région ; et manifester leur intérêt pour le financement du Plan directeur CACAO.

A l’issue des présentations, il ressort que : certains projets disposent déjà des études de faisabilité ; d’autres ont un niveau élevé d’intégration ou sont à leur seconde phase de mise en oeuvre ; des engagements ou un début d’exécution existent pour certains projets.

Les négociations avec les partenaires techniques et financiers et le secteur privé sur ces différents projets, précise l’organisme communautaire, vont se poursuivre «…pour absorber le financement requis et formaliser les différentes intentions de financement acquise et à venir».

LIRE AUSSI: La Production animale au Togo se porte bien avec le PASA

D’autres partenaires se sont engagés à communiquer dans les prochains jours leurs centres d’intérêts et intentions de financement, notamment la Banque d’investissement et de développent de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (BIDC, basée à Lomé), la Banque africaine de développement (Bad), l’Union européenne (Ue), l’Agence française de développement (Afd), la Banque mondiale et la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA).

Le Plan Directeur pour l’Anneau de Croissance en Afrique de l’Ouest (CACAO) est un vaste programme sous régional dont l’objectif est d’oeuvrer à la construction d’un espace économique stable et compétitif, avec l’élargissement des marchés en tenant compte des complémentarités régionales. Ce programme est le fruit de la coopération technique avec la JICA, murit depuis la TICAD5.

Son dispositif de mise en oeuvre a été également validé le 23 janvier 2018 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, et le principe de l’organisation d’une table ronde pour la mobilisation des ressources arrêté.

Ce plan définit un schéma équilibré de développement économique entre les régions des pays concernés par le projet afin de promouvoir la croissance économique en Afrique de l’Ouest, sur la base des potentialités identifiées et des ressources disponibles, a expliqué le président de la réunion, Paul Koffi Koffi.

Selon lui, le plan vise à assurer la promotion des corridors de transport par la formulation des stratégies de développement économiques en se basant sur l’approche corridor. D’une durée de vingt (20) ans, selon le commissaire de l’UEMOA, il engendre un besoin en financement de 28 milliards de dollars, soit seize mille deux cent quatre-vingt-douze milliards sept cent vingt-quatre millions cinq cent cinquante mille quatre cent seize (1 292 724 550 416) francs.

 

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents