Togo : Avec le PASA, la production d’Igname  offre une indépendance financière aux   femmes de Bassar

A  Bassar ville ( Nord du Togo) , une vingtaine de femmes s’activent dans la bonne humeur en coopérative. Là, au milieu de tiges et feuillages d’un vert profond sous un ciel sans nuages , des femmes de tous les âges , arrachent , machettes à la main, les mauvaises herbes avec frénésie.

L’une d’elle caresse des feuilles en commentant : « la terre de Bassar est très fertile  pour l’igname et c’est dans notre champ que l’on trouve une production de qualité. »,  lance t-elle

Ici on cultive l’igname. Cette racine légumineuse utilisée dans de  nombreux mets togolais succulents a pu transformer la vie de plusieurs femmes démunies à Bassar en leur offrant un emploi stable  et des revenus intéressants ceci avec l’arrivée du   Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) , selon des témoignages recueillies par vert-togo.com

LIRE AUSSI: Togo/PASA: des efforts restent à fournir

KPEMOU Jeannette est la Présidente de la Coopérative des femmes leaders de Bassar. Il ya  cinq ans lassée de chercher du travail en vain, elle a décidé de ne plus tendre la main aux hommes et de lancer  la Coopérative DISSASSOLE.

En compagnie d’une vingtaine d’autres femmes sans travail, elle s’est mise à cultiver l’igname le transformer et le commercialiser. Une activité qui leur a permis à toutes d’atteindre une indépendance financière, renseigne  t-elle.

Comme elles, de nombreuses togolaises s’adonnent à cette activité à travers le pays. «  Cela commence par l’enracinement de la bouture, suivi de la récolte, du processus de transformation et enfin  la commercialisation sur le marché local.», détaille t-elle.

Le PASA rend autonome les femmes de Bassar

Spécialisée dans la production, la transformation et la commercialisation des tubercules d’igname comme du manioc depuis sa création en 2010, la Coopérative DISSASSOLE basée à Bassar a dans ses activités, reçu le soutien du PASA . Un appui grâce auquel cette coopérative a amélioré considérablement ses activités notamment la production des ignames.

Composée exclusivement de femmes et de deux étudiants, la coopérative a en effet observé ses productions en igname augmentées.

« Avant le PASA, on faisait environ deux à trois calebasses ce qui équivaut à 300 tubercules d’ignames par mois. Mais avec le PASA, nous faisons jusqu’à 10 calebasses en sachant qu’ une calebasse contient 100 ignames à Bassar. Nous avons beaucoup évolué. On est devenu tellement autonome. », se réjouit la présidente.

Et d’ajouter « Vue que les gens souffrent des fois pour piler l’igname quand ils viennent les achetées chez nous, nous nous sommes aussi lancés dans la transformation de l’Igname en farine. »

La coopérative a par ailleurs bénéficié de diverses techniques de formation de la part du PASA. « Nous avons encore appris certaines nouvelles astuces qui nous ont aidées à améliorer la transformation de nos tubercules. Nous avons remarqué une allégeance dans le travail plus qu’avant. »

La Coopérative a eu le privilège d’être invitée à la 16ème Foire Internationale de Lomé qui se termine ce lundi 9 décembre à Lomé.

A ce jour, la coopérative procède également à la production de la farine de manioc, de la  production de Gingembre, de Gombo, de miel, de viande de soja, de piment doux ainsi que d’huile de pâte d’arachide.

Pour  information , selon  les chiffres de la Direction des Statistiques Agricoles ,de l’informatiques et de la Documentation (DSID) ,sur les cinq dernières années au Togo,la production d’igname a évolué comme suit : 786 394 tonnes (2014/2015), 781.419 tonnes (2015/16), et 858. 783 tonnes (2018/19). Les zones de prédilection pour cette culture reste les régions centrale et de la kara.

Kofi Meser

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents