Togo/Avancée de la mer : une construction des épis bientôt

Pour venir à bout du phénomène de l’érosion côtière dont l’avancée rapide détruit plusieurs habitations riveraines togolaises et menace d’engloutir la quatrième route dans la périphérie d’Agbodrafo située à Lomé après celle des trois premières, une construction des épis se fera très prochainement dans le cadre du projet régional sur l’érosion côtière et l’adaptation dans les zones côtières d’Afrique de l’Ouest (WACA)  lancé le 19 octobre 2016 à Lomé.

L’information a été donnée par le nouveau ministre de l’environnement du développement durable et de la protection de la nature, David Oladokoun Wonou ce vendredi à Lomé au cours d’une visite sur la plage de Lomé.
 
Le nouveau ministre de l’environnement en visite de terrain a pu relever le caractère inquiétant du phénomène de l’érosion côtière du Togo et le recul rapide de la côte avec des piques allant jusqu’à 20 mètres par an au niveau de Doévékopé à Baguida non loin de la route .
Que ce soit d’ Aného, derrière la mairie ou soit à Abgodrafo la menace constatée reste la même.
 
Les sinistrés crient leur ras le bol et racontent leurs tristes sorts.

« Avant ce n’était pas à ce niveau que la mer était. C’était juste à 1 km qu’on pouvait l’apercevoir et les rives étaient bordées de cocotiers. Mais aujourd’hui ce n’est plus le cas voyez par vous-même. Notre activité principale de revenue, la pêche qui se faisait en bordure de la mer a pris un bon coup avec ce phénomène. » se plaint Kouétévi Assafotchè, pêcheur à Agbodrafo

« Dans le compte du projet WACA, Il y a un travail qui se fera dans le cadre de la coopération du Togo et le Bénin. On aura à construire des épis sur 41 km , dont 18 km du cooté togolais et 23 km du coté béninois. On se rend compte que l’érosion côtière prend une avancée vertigineuse dans la mesure ou l’effet de trait de la côte se poursuit. » a lancé David Oladokoun Wonou, le nouveau ministre de l’environnement du développement durable et de la protection de la nature.

Et de poursuivre « Toutes ses questions sont un leitmotive pour le gouvernement, c’est d’ailleurs le pourquoi, le président de la république a instruit le gouvernement pour que des mesures idoines soient prises pour stabiliser la cote et préserver les activités des riverains ainsi que leurs vies face aux risques du phénomène de l’érosion côtière. »

Selon les statistiques, le littoral héberge actuellement 31% de la population ouest africaine et 51% de la population urbaine et que les scénarios, entre 74 et 83 millions de personnes résideront en zone côtière d’Afrique de l’ouest à l’horizon 2050, la mise en place d’un plan de gestion d’investissement multisectoriel pour une meilleure coopération est indispensable.

 

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents