Orela, une jeune entreprise agroalimentaire entre difficultés et crise sanitaire à Dapaong

Au Togo, même si le secteur agroalimentaire représente une niche d’opportunités pour les jeunes entrepreneurs, le manque d’équipements de transformation constitue pour plus d’un, un vrai casse-tête.

C’est la situation dans laquelle végète le jeune NAGBE Koffi Daniel.  La vingtaine, il est le promoteur de l’entreprise Orella, une unité de transformation de fruits et légumes basée à Worgou, dès l’entrée de la ville de Dapaong. Mais, c’est avec peine qu’il arrive à transformer le surplus de tomates déversé sur le marché de Dapaong.

Interrogé par Vert-Togo, le jeune promoteur indique être dans l’incapacité de satisfaire la demande de plus en plus grande de purées de tomates qu’il reçoit. Faute de moyens techniques, mais aussi financiers.

« Avant la crise, nous parvenions à nous en sortir. Mais avec la pandémie c’est devenu assez difficile. En plus de cela, le manque de moyens techniques agit considérablement sur nos productions de purée de tomates. », confie-t-il.

Togo : D’un champ de tomate à un champ d’escargots, Kodjo Tsagli affectionne l’achatinaculture

Debout devant des piles de bocaux en verre contenant de la purée de tomates, il poursuit « En 2018, quand j’ai démarré mon entreprise ‘petitement’, je transformais deux à trois paniers de 15 kilogrammes de tomates par jour. Mais avec la crise, aujourd’hui l’entreprise “ Orella “ transforme à peine 1panier de tomates  par jour. »

Malgré tous ces défis et challenges, le jeune Daniel ne compte pas baisser les bras. « Nous sommes optimistes quant au succès dans la transformation de la tomate au nord du Togo. Nous avons fait des demandes de financement au niveau du Mifa comme au niveau de DOSI. Nous attendons juste que les choses reviennent à la normale. Nous comptons diversifier nos produits avec le temps. Mais pour le moment nous transformons également certains légumes comme le gingembre et nous produisons des jus de fruits comme le  bissap, le tamarin etc… »

« Il est temps de tourner dos à ces produits intoxiqués en l’occurrence les concentrés de tomates qu’on nous envoie de l’extérieur », Adegnon Komlan, Directeur du Centre Agropastoral EMMANUEL KOM

Il faut noter que dans la majeure partie du nord Togo, la production de la tomates est très favorable. Cependant la production locale est toujours insuffisante.

Selon les chiffres de la DSID, au Togo, la production de la tomate est passée de 7.620,4 tonnes en 2013 à 13.328,2 t en 2017 soit 8 763,5 en 2014, 10 078,0 en 2015, et 11 589,7 en 2016 pour un taux de croissance annuel moyen de 15.0%. Cette année, le besoin en tomates au Togo avoisinerait 130 000 tonnes au regard de la croissance démographique forte.

Pour ceux qui sont au nord du Togo ou partout ailleurs , vous pouvez commander ces produits en le contactant à orela.tg@gmail.com ou au 93525842/96599751

Edem Kolani

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents