Assurer la viabilité environnementale et la résilience face aux changements climatiques, une urgence selon Gilbert Houngbo

Les paysans et les ruraux pauvres subissent de plein fouet les effets des changements climatiques et de la dégradation des ressources naturelles. Les écosystèmes, dont les agriculteurs sont tributaires, sont durement mis à l’épreuve par des phénomènes météorologiques extrêmes comme les sécheresses, les tempêtes et les inondations.

À une fréquence de plus en plus rapprochée, les mauvaises récoltes et les pertes de bétail engendrent des préjudices économiques et mettent à mal la sécurité alimentaire des populations rurales, notamment dans certaines régions d’Afrique subsaharienne comme le Togo.

Parallèlement, l’accroissement rapide de la population mondiale exige le relèvement des niveaux de production alimentaire. Pour répondre à la demande alimentaire mondiale croissante, il faut doubler la production agricole d’ici 2050, réduire le gaspillage de nourriture et développer des chaînes de valeur durables et efficaces, un  processus dans lequel le ministère en charge de l’agriculture togolaise s’est engagé.

LIRE AUSSI: « Pour que l’agriculture africaine atteigne son potentiel, nous avons besoin d’investissements » Gilbert Houngbo

Les écosystèmes sur lesquels s’appuient les petits agriculteurs sont de plus en plus fragilisés. L’accès aux terres agricoles cultivables est de plus en plus limité et les ressources forestières, et aquatiques, ainsi que les sols, continuent de s’épuiser et de se dégrader.

De nombreux agriculteurs exploitent des terres marginales et non irriguées où l’eau tend progressivement à manquer. À cause de la pollution et de la surexploitation, on assiste à un effondrement des populations de poissons, mettant ainsi à risque des sources essentielles de revenus et de nourriture.

Amélioration des pratiques agricoles et protection de l’environnement

Le Fida bénéficie  d’une aide du gouvernement suédois  d’une valeur de 12 millions  de dollars pour aider les agriculteurs des zones rurales à s’adapter aux changements climatiques et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre  dans les pays en développement.

Vis à vis de  cette aide, le Président du Fida , Gilbert Fossou Houngbo  a indiqué que les changements climatiques ne constituent pas seulement un problème  pour l’avenir .

« Ils se produisent  actuellement et affectent la sécurité alimentaire et les revenus des petits agriculteurs. », argue t-il.

Tout en   saluant cette contribution  additionnelle de  la suède, il a affirmé que ce financement va contribuer à faire en sorte que les agriculteurs et les pêcheurs pauvres qui sont les gardiens des ressources naturelles puissent s’adapter et devenir plus  résilients face aux chocs climatiques ce qui leur permettra de continuer par soutenir leurs familles.

« Grâce à une assistance ciblée, les secteurs de l’agriculture, de la foresterie et de la pêche peuvent jouer un rôle clé dans la lutte contre les effets de la dégradation de l’environnement et des changements climatiques. L’amélioration de la gestion des terres et l’adaptation des pratiques agricoles peuvent aider à atténuer la pression sur l’environnement et à limiter les émissions de gaz à effet de serre. Les systèmes agricoles qui privilégient les pratiques durables d’intensification peuvent améliorer la résistance des cultures, diversifier la production et freiner la dégradation de l’environnement. », explique t-il.

Intensification viable de l’agriculture

Le FIDA promeut une croissance agricole écologiquement viable et intégrée aux écosystèmes. Nous aidons les agriculteurs et les pêcheurs à être plus résilients face aux effets des changements climatiques.

Le Programme d’adaptation de l’agriculture paysanne développé par le FIDA est le plus vaste programme mondial en faveur de l’adaptation des petits agriculteurs aux changements climatiques. Nous orientons vers les petits agriculteurs les financements dans le domaine des changements climatiques et de l’environnement, et les aidons à réduire la pauvreté, améliorer la biodiversité, accroître les rendements et limiter les émissions de gaz à effet de serre.

LIRE AUSSI: L’Axe stratégique 2 du PND intéresse Gilbert Fossou Houngbo

Le FIDA est aussi un organisme d’exécution du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et du Fonds vert pour le climat, qui sont les principaux mécanismes financiers consacrés à des questions étroitement liées: réduction de la pauvreté, gestion durable des écosystèmes, adaptation aux changements climatiques et atténuation de leurs effets.

Dans le cadre de ces programmes, le FIDA collabore avec ses partenaires pour reproduire à grande échelle les approches réussies de production agricole durable et de développement de chaînes de valeur vertes. Ces approches contribuent à renforcer la capacité de résilience face aux changements climatiques par la gestion de systèmes concurrents d’exploitation des terres, tout en réduisant la pauvreté, en protégeant la biodiversité, en accroissant les rendements et en limitant les émissions de gaz à effet de serre.

La Rédaction

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents