Le PND nécessite une mobilisation financière de 6,5milliards

Selon des chiffres rendus public en début de semaine, le PND aura besoin de la somme mirobolante de 6,5 milliards de FCFA pour pouvoir accompagner l’émergence de l’économie du Togo pour le compte des quatre années à venir pour un programme de Développement.

Suite à la mise en œuvre de la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi Scape 2012, le gouvernement a mis sur pied le PND, le Programme National pour le développement annoncé depuis l’année dernière par kossi Assimaidou, le ministre en charge de la planification du Togo.
Ce programme s’inscrit dans le cadre de la participation de l’état Togolais au financement des différents axes contenus dans le plan.

Les ressources publiques comme privées sont les moyens surs sur lesquels le gouvernement compte pour atteindre de différents objectifs contenus dans le plan.
Financé selon un pourcentage de 62,6% la participation de l’Etat Togolais se subdivise en ressources publiques propres et en financement du secteur privé togolais.
En outre, plus de 04 milliards seront injectés sur la base des ressources locales.

Aussi le gouvernement Togolais veut poursuivre les reformes fiscales.
D’où sa mise en œuvre en faveur d’une augmentation plus accrue et continue dans le recouvrement des recettes fiscales et douanières.
Selon un taux de pourcentage des ressources budgétaires estimé à plus de 60%, les ressources fiscales n’ont toujours pas atteint le cap des 800 milliards de FCFA , le but visé par l’état à l’organisme en charge qui est la collecte des recettes fiscales.

L’Etat Togolais depuis le vote de la loi de Finances exercice 2018 en décembre dernier s’est désengagé des investissements publics avec l’accord de ses partenaires financiers internationaux suite au coup de sa dette publique.
Le gouvernement Togolais par le biais du PND compte ainsi sur le secteur privé pour la création de richesse et d’emplois dans l’économie Togolaise et sur la mise en œuvre de reformes en faveur du développment des infrastructures à la base.
Le taux de pourcentage auquel le gouvernement espère est de 05%.
Les manifestations politiques ont eu a influencé négativement l’économie Togolaise.

Le taux de croissance qui est de 4,6% et 7,3% fixé par les experts lors des différents scénarios mises en scène varie selon les situations les plus catastrophiques à une conjoncture la plus heureuse de l’économie Togolaise.

Le gouvernement dans sa politique de croissance jette son dévolu sur trois secteurs à savoir l’amélioration du climat des affaires, le Programme National d’investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire PNIASAN et le Fonds Tirsal .

Il faut préciser que le fonds Tirsal AL permettra au PNIASAN de pouvoir boosté la production agricole avec notamment les garanties de financement aux acteurs de l’agriculture.

Kofi M

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents