Le paludisme,un problème de santé au Togo

Le premier problème de santé auquel le Togo est confronté est la maladie du paludisme. Cette maladie sévit d’une manière endémique. Surtout pendant les moments pluvieux le paludisme frappe avec recrudescence.

Selon les statistiques sanitaires nationales de 2001, il représente 38,9% des consultations dans les formations sanitaires et 21,9% des hospitalisations. Les enfants de moins de 05ans sont les plus touchés soit un taux 48,9%.
Le taux de réalité est de 7,4%. Le paludisme entraine chez les femmes enceintes des avortements, des accouchements prématurés, des anémies, des nouveaux nés de faible poids.

Une enquête réalisée sur toute l’étendue du territoire national indique que près de 5000 ménages et près de 3000 enfants de 6 à 59mois sont anémiés par la maladie.

Le nombre d’enfants victimes ayant reçu un traitement a augmenté de 50% En 2013- 2014 à 76% en 2017. La proportion de femmes enceintes ayant reçu le même traitement a également augmenté passant de 57% en 2013-2014 à 68% en 2017.

Au vu de ces résultats, le Directeur Général de l’INSEED, Bandjare Atcharé Kossivi a indiqué que sur la plupart des ménages au Togo 85% possèdent au moins une moustiquaire imprégnée d’insecticide Mll en 2017 contre 65% en 2013-2014. Il justifie tout en évoquant l’effort du gouvernement Togolais qui ne ménage aucun effort en appui avec ses partenaires notamment l’Organisation Mondiale de la Santé et le Fonds Mondial.

La chimio prophylaxie, si elle est bien suivie, diminue le risque de paludisme grave. Or seules 30% environ des femmes enceintes observent correctement la chimio prophylaxie à la chloroquine.

Par ailleurs, on observe également une résistance à la chloroquine variant entre 20 et 30% dans certaines régions. C’est environ 5,1% des ménages qui disposent au moins d’une moustiquaire imprégnée, moyen le plus efficace actuellement pour éviter la transmission de la maladie.

Dans le cadre du renforcement de la lutte antipaludique, le Togo a élaboré un plan stratégique national Faire Reculer le paludisme dont les interventions principales sont la prévention, notamment par la promotion de l’utilisation de la moustiquaire imprégnée et la prise en charge précoce et correcte des cas dans les formations sanitaires et à domicile. Ce plan intitulé Renforcement de la lutte contre le paludisme au Togo a pour objectif de contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité dues au paludisme de 30% d’ici fin 2018.

Hector Nammangue

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents