Interdiction du Glyphosate au Togo : les Amis de la Terre Togo lance un appel au gouvernementt

L’ONG Les Amis de la Terre-Togo prend acte de la décision du gouvernement d’interdire la commercialisation du glyphosate sur toute l’étendue du territoire national.

Conformément à la note informative sortie  dans le quotidien national Togo Presse N° 10269 par le biais du ministre de l’Agriculture de l’élevage et de la pêche portant l’interdiction d’importation et de commercialisation du glyphosate au Togo, elle a organisé  une  conférence de presse  à leur siège le 07 septembre 2018 à Lomé tout en indiquant que cette note vient à point nommé au moment où le glyphosate est vivement questionné en raison de son caractère cancérigène prouvé par de nombreux travaux de recherche scientifiques dans le monde.

À en croire les Amis de la Terre-Togo, ce communiqué de l’Etat Togolais par l’entremise de son ministère de l’Agriculture de l’Élevage et de la Pêche lance donc une alerte formelle aux commerciaux contre l’importation et la commercialisation du glyphosate au Togo.

Aux acteurs agricoles, le gouvernement rappelle la formelle interdiction de cet herbicide non homologué à triple conséquence sur l’homme, les animaux et l’environnement.

L’ONG, les Amis de la Terre-Togo approuve cette décision du gouvernement et lance un appel pour que les dispositions soient prises pour sa mise en œuvre effective sur le terrain comme l’a souligné le ministre dans son communiqué.

« Cette substance chimique ne nous aurait guère intéressés, si elle n’existait pas autour d’une controverse sur le son risque pour la santé humaine, celle des animaux et sur l’environnement. En effet, l’une des seules grandes études totalement indépendantes de Monsanto l’a classé comme cancérigène probable. Le principe de précaution voudrait donc au moins par hypothèse, que l’on considère ce produit comme cancérigène probable. » A indiqué le Directeur Exécutif par intérim de l’ONG Les Amis de la Terre-Togo, AMEGADZE Kokou.

Et d’ajouter « On sait que le glyphosate contamine les milieux, c’est-à-dire qu’on retrouve des traces de cette substance dans les sols, les eaux et l’air. S’il est « probablement cancérigène » sur l’homme, il est possible qu’il ait, à haute dose, des conséquences plus importantes sur des espèces plus petites, comme les insectes, les rongeurs, les oiseaux, les batraciens…. Ou les bactéries. »

Selon le Centre International de recherche sur le Cancer, il existe pour le glyphosate des « indices concordants de sa cancérogénicité pour l’homme et des preuves suffisantes de cancérogénicité expérimentale chez les animaux » précise-t-il.

Par ailleurs, au regard des efforts déployés par le gouvernement togolais concernant l’interdiction des pesticides non homologués , l’ONG s’engage à accompagner le gouvernement togolais à aller plus loin en interdisant aussi l’importation et la commercialisation des OGM comme c’est le cas du glyphosate.

Pour ce faire elle propose des mesures qui sont entre autres : mettre en œuvre des mesures de suivi du communiqué pour son application effective, sensibiliser les commerçants et les utilisateurs des produits chimiques sur la dangerosité, les modes d’emploi des pesticides homologués au Togo ; interdire l’importation , la commercialisation et l’utilisation des cultures OGM au Togo , Promouvoir l’agroécologie et l’agriculture biologique, Investir dans la recherche de mesures alternatives aux pesticides chimiques.

Kofi Meser

 

 

 

 

 

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents