Accueil Actualité Togo : La solution ”Agro Spaces” lancée pour résoudre le problème d’accès...

Togo : La solution ”Agro Spaces” lancée pour résoudre le problème d’accès aux financements agricoles

180
0
Vue d'ensemble de l'équipe AGRO SPACES

Au Togo, les producteurs peinent à avoir accès aux financements et les difficultés d’accès au marché des produits agricoles sont légion. Une situation qui est bien compliquée et ceci, malgré la panoplie des mécanismes tant publics que privés qui existent.

Conscient de cela, LODIBERT  Boris, informaticien agronome, a pensé à une intégration du financement participatif dans le secteur agricole togolais. Une solution qu’il propose aux acteurs du secteur via “Agro Spaces “. Il s’agit d’une plateforme d’investissement numérique dans l’agriculture visant à fournir des fonds de roulement (des services de financement, des intrants etc.) aux agriculteurs. Sa solution s’appuie sur des structures de financement collectif abordables par des investisseurs cherchant à générer un retour sur investissement et à donner aux petits exploitants les moyens de se développer.

Lancée ce mardi à Lomé dans leurs locaux basés dans la zone portuaire,  “Agro Spaces” va favoriser la croissance de l’emploi au sein des communautés locales, contribuer à faire reculer la pauvreté et à rendre moins pressante la nécessité de migrer.

Vue partielle des femmes productrices sur le site de Tado

« Nous avons développé cette plateforme dans le but de satisfaire les producteurs au Togo. Aujourd’hui nous avons plus de 510 ha au niveau de Tado, des espaces mis à la disposition des femmes productrices. Et c’est aussi ce que nous proposons, notamment, la location des équipements agricoles. Il faut une gestion d’exploitation agricole et le parrainage des fermes agricoles, la création d’espaces agricoles aménagés. », a-t-il expliqué.

« Klingo Tracteur » pour familiariser les Togolais à la mécanisation

Quant à la question de savoir si le financement participatif pourra rendre ce projet durable, il répond que, sans financement participatif beaucoup de projets ne peuvent être exécutés. « Le financement participatif fait office de communication. Il accompagne rapidement les producteurs. Aujourd’hui nous avons remarqué que les producteurs togolais n’ont pas besoin forcément d’argent en liquide mais plutôt d’éléments de production, comme les intrants et la mécanisation. Et donc avec les fonds mobilisés, nous pouvons passer à des partenariats et faire pousser plus haut la production agricole. », défend le coordonnateur d’Agro Spaces LODIBERT  Boris.

Et de préciser, « En contribuant au projet c’est-à-dire par ce type de financement, il y a forcément du gain à celui qui investit. L’idée en clair, c’est d’encourager les Africains et la diaspora africaine à investir dans des projets d’agriculture durable propres à améliorer effectivement la vie des populations rurales pauvres d’une part. Et d’autre part, stimuler la production agricole et réduire la dépendance à l’égard des importations afin d’accroître la sécurité alimentaire. »

Il faut noter que l’investissement agricole est une condition nécessaire pour développer et organiser ce secteur en Afrique. Le potentiel agricole Africain présente des opportunités à saisir en termes d’intensification, de production et structuration des chaînes de valeurs agricoles.

Bien que diversifié (issu de plusieurs sources, publiques, privées et étrangères), l’investissement agricole demeure faible. Le basculement vers une agriculture moderne et intensive doit nécessairement passer par l’élaboration d’une politique agricole globale qui prend en considération plusieurs volets (irrigation, utilisation des inputs et organisation des circuits) et aboutit à une production agricole suffisante capable d’assurer la sécurité alimentaire de la population et à un secteur agricole actif et bien intégré dans l’économie des pays africains.

Edem Kolani


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here