Togo/Agriculture: Le PBVM veut contribuer à la sécurité alimentaire en protégeant l’Environnement

Le Projet d’aménagement hydro agricole de la Basse Vallée du fleuve Mono(PBVM) a été  initié par le Gouvernement avec l’appui de la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique (BADEA) et de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) pour un montant de 14 milliards de FCFA (apports État togolais et les partenaires).

Le Projet d’aménagement hydro agricole  qui a démarré depuis 2006 a 6 composantes à savoir : les études de faisabilité, les travaux aménagements, les mesures d’accompagnement, les appuis à la commercialisation, le contrôle et la surveillance des travaux, l’unité de gestion.

LIRE AUSSI: Togo/Concours INFA de Tové : 570 candidats composent ce mardi

Avec le projet PBVM , la réalisation de deux périmètres irrigués par pompage à partir du fleuve mono sur une superficie totale de 585,8 ha a été effective selon la cellule de la communication du ministère en charge de l’agriculture.

KAKABOU Baba , coordonnateur du projet

Selon la même source, il vise à : contribuer à la sécurité alimentaire par l’augmentation des productions agricoles à travers la vulgarisation et l’appropriation des techniques modernes des cultures intensives (irrigation, utilisation d’intrants agricoles, mécanisation…) tout en assurant la protection de l’environnement ;  réduire la dépendance du Togo en matière d’importation du riz ; améliorer le niveau de vie et les revenus des populations bénéficiaires et  contribuer à fixer les populations rurales par la création d’emplois.

LIRE AUSSI: Sécurité alimentaire : Noël Bataka  à la quête de partenariats pour le secteur agricole

Le Projet d’aménagement hydro agricole de la Basse Vallée du fleuve Mono(PBVM) qui cadre bien avec l’axe 2 du Plan National de Développement (PND 2018-2022) a enregistré des résultats physiques probants au plan socio- économiques dans le milieu (construction d’une dingue de protection contre les inondations dans le milieu, construction de 12 latrines communautaire et 75 latrines familiales , une mini-adduction d’eau potable pour l’alimentation en eau potable de la population, extension de la ligne électrique de 9 km, pistes de désenclavement de 25km, construction de 7 magasins , indemnisation des parcelles, la formation sur les techniques agricoles, gestion de l’eau,…

Le site d’exploitation du projet a 38 coopératives. Sur les 70 ha aménagés, exploités et irrigués on a 17 coopératives avec un rendement de plus de 5t/ ha de riz paddy IR 841. Le projet prévoie atteindre 4000 tonnes par campagne.

Pour atteindre ces objectifs, le projet a organisé les producteurs du milieu. Il a eu à mettre en place l’union des producteurs de riz et l’union des producteurs de maïs. MIFA accompagne aussi ces producteurs aujourd’hui et il est l’interlocuteur entre les producteurs du milieu et l’agrégateur OPHIR MIMOSA (producteur du riz cosamel).

«Ce projet est un projet d’avenir, nous travaillons ensemble avec les producteurs pour une exploitation totale de ce potentiel pour créer plus d’emplois pour les jeunes et les femmes, augmenter leurs revenus et améliorer leur conditions de vie », a souligné monsieur KAKABOU Baba , coordonnateur du projet.

Il faut souligner que le site dispose 4 nouvelles pompes, chacune avec 367litres/s de débit pour l’irrigation. une station d’appoint est installée aussi avec 2 pompes de 180 litres/s pour le débit. Des équipements pour augmenter les rendements de riz sur le site.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents