Accueil Actualité Métiers de l’Environnement : de la passion à la carrière, il n’y...

Métiers de l’Environnement : de la passion à la carrière, il n’y a qu’un pas

195
0
KOLA Péyébinam dans le parc régional du W au nord du Bénin

La jeune togolaise KOLA Péyébinam Mélékilaba est une passionnée de l’environnement. Loin de n’être qu’une simple passion, elle a décidé d’en faire une carrière. Dans cette logique, entre sa formation diplômante et ses activités sur le terrain, son leitmotiv est d’acquérir davantage de compétences pour être au service de la protection de la nature.

Titulaire d’une licence en Géographie et d’un diplôme universitaire en gestion des aires protégées, Péyébinam, très tôt après l’obtention de sa licence, intègre une structure qui pilotait un projet de foresterie communautaire pour un stage. Et c’est ainsi que tout a commencé, raconte-t-elle à Vert-Togo.

« J’aimais parcourir les sentiers des villages. Sensibiliser les communautés sur la gestion durable de leurs ressources était devenu une passion, que je prenais plaisir à faire, malgré que je ne fusse pas rémunérée. Je me rappelle même des amis qui me disaient : “tu vas travailler, courir ce genre de risque sur le terrain mais tu n’es pas rémunérée et tu continues… ?” Je riais en leur disant que j’acquiert d’énormes compétences, et c’est déjà ça l’essentiel. », confie-t-elle.

Mélékilaba sur le terrain

Face aux moqueries qui venaient de partout, au lieu de se décourager et jeter l’éponge, la jeune environnementaliste a préféré corroborer sa vision en s’investissant encore plus dans ce combat. Pour ce faire, elle s’est inscrite à l’Université Senghor où elle a décroché son master 2 en gestion des aires protégées et de la biodiversité.

Togo : Sébastien Balouki veut développer la culture de l’hévéa pour lutter contre les changements climatiques

« J’ai toujours eu envie d’apporter ma pierre aux questions de protection de l’environnement et c’est ce qui m’a motivé à me former et renforcer mes compétences dans ce domaine. Ce diplôme est le fruit de deux années entre les salles de cours de l’université Senghor et les sentiers et villages au fin fond des contrés qui entourent le parc régional du W au nord Bénin où j’ai effectué mes travaux de terrains pour mon mémoire. », affirme-t-elle.

Interrogé sur le constat selon lequel peu de femmes s’intéressent à ce domaine au Togo, KOLA Péyébinam répond. « Aujourd’hui plusieurs filières sont accessibles aux hommes et aux femmes. Ce qui ne l’était pas il y a plusieurs années. Comme conseils je dirais aux femmes que le domaine de l’environnement regorge d’énormes opportunités qui s’offrent à nous. Et il suffit juste de se lancer et exercer l’activité comme une passion et surtout prendre plaisir à le faire. »

Togo : Produire de manière éco responsable, l’appel de Jolie POUKN DAMPI

Très intrépide quand il s’agit de transmettre ses connaissances, la jeune femme qui a décidé faire carrière dans le domaine vert nourrit l’ambition d’initier dans un futur proche un projet de permaculture à côté duquel, elle compte développer l’écotourisme. Elle envisage également de faire un Master spécialisé en SIG. Système d’information géographique. Une spécialité qui selon ses explications serait indispensable dans la gestion de l’environnement.

KOLA Péyébinam Mélékibaba exerce le métier d’environnementaliste à plein temps. Elle reste pourtant disponible pour toute d’opportunité d’emploi dans le domaine afin de continuer à faire valoir ses compétences.

Kofi Meser.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here