Le secteur privé, un puissant propulseur de l’économie africaine selon Faure Gnassingbé

« Dans l’environnement mondial marqué par le ralentissement des économies, notre continent représente un potentiel important de retour à la croissance pour les entreprises. Mais celles-ci en ont-elles vraiment conscience ? Analysent-elles en retour l’impact transformateur que le secteur privé pourrait avoir dans la réponse aux principaux défis de notre continent ? » S’est interrogé le chef de l’Etat Faure Gnassingbé lors de son discours de lancement du Forum économique Togo-Union européenne.

À en croire le numéro 1 togolais , il urge de réfléchir sur les contextes locaux vis-à-vis de l’économie africaine « Nous avons souvent le sentiment que s’agissant de nos pays, la perception du risque dépasse la réalité. Je voudrais donc profiter de l’occasion qui m’est offerte aujourd’hui pour en appeler à une véritable réflexion dans le sens d’une meilleure compréhension par nos partenaires des contextes locaux en Afrique.

LIRE AUSSI/Togo : L’insertion des jeunes dans la filière Café-Cacao , une vision du gouvernement

Et de justifier « Nous plaidons pour ce pas de plus vers une meilleure connaissance du partenaire ; Et des cadres de rencontre comme celui qui nous rassemble aujourd’hui peuvent idéalement y contribuer. Les présentes assises sont donc une occasion privilégiée d’apprécier davantage nos potentialités et de traduire les opportunités en contrats et mieux en projets ; en somme un partenariat gagnant-gagnant. »

« Nous restons déterminés, rassure t-il  à consolider les avancées réalisées dans l’assainissement de la gouvernance publique. Nous continuerons aussi, en coordination avec le secteur privé, les réformes en vue de l’amélioration du climat des affaires et de l’environnement réglementaire. Nous fondons également de grands espoirs sur le renforcement de l’intégration. Avec l’entrée en vigueur, de la zone de libre-échange continentale, l’Afrique offre au monde un marché d’1,2 milliard de consommateurs. »

Il  a également indiqué  que les importants investissements qui ont été réalisés au cours des dernières années pour renforcer la position du Togo comme une plateforme performante ouverte sur la sous-région et le continent trouveront la meilleure justification dans l’accès à ce vaste marché, représentant un produit intérieur brut (PIB) de 2.500 milliards de dollars.

Il faut noter que la mise en oeuvre du PND  permettra au Togo de prendre une part importante dans l’avènement du libre-échange aux plans régional puis continental.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents