Grand dossier/Réparer les téléphones « usés » en vue de revendre , une idée économique ingénieuse et fructueuse au Togo

Au Togo, bon nombre de personnes croyaient que les téléphones « usés » étaient seulement destinés à finir leur vie dans les dépotoirs. Mais depuis quelques temps, plusieurs opportunités se développent pour leur offrir une seconde vie.

Une enquête réalisée auprès des techniciens et réparateurs de portables et d’une visite dans une boutique d’achat et de ventes à Lomé , a permis à Vert-Togo de constater qu’il est possible de revendre son vieux téléphone et ce, peu importe s’il fonctionne bien ou pas.

Des diverses marchés de Lomé, du Port autonome en passant par le marché d’Agoè assiyéyé, jusqu’à zongo et Deckon, pas besoin de loupe ni de jumelles pour observer les parterres ébouriffées d’appareils téléphoniques de tous genres.

Les Smartphones et autres appareils, se vendent comme de petits pains. Un troc assez intéressant d’autant plus que les acteurs en sortent satisfait.

En, effet, en Europe lorsque le téléphone ne sert plus à grande chose, du moins si on estime qu’il est vétuste, on l’envoie en Afrique sous forme de déchets. Les africains se chargent d’en faire un commerce en achetant ces portables « gâtés », à tout risque puis essaie de les réparer pour en faire un Objet de revente.

« Je m’en vais jusqu’à gagner 20milles FCFA par jour sur les portables que je répare, sur un achat de 150 vieux appareils. Sur les 150 je m’en sort avec 100appareils près à vivre à nouveau. » Se réjouit Olivier Dossou, réparateur et vendeur de portables dans une boutique de la place à Agoè zongo.

Les acteurs de ce commerce sont entre autres les citoyens Togolais qui par exemple trouvent leurs portables encombrant, de ceux qui ramassent les déchets électroniques, des vendeurs dans les boutiques et certains clients qui manifestent le désir de changer de portables.

« Quand vous allez au Port autonome de Lomé, vous trouverez toutes sortes de portables. Ces portables viennent souvent des États Unis, de Hong Kong,de Dubaï pour ne citer que cela. Une fois les portables déversés on les trie, ceux qui travaillent sont vendus directement et ceux qui ne bossent pas sont mis de côté. C’est aux techniciens des téléphones mobiles qu’il revient d’acheter ces portables défectueux en lot a un prix négociable que, le cycle de la seconde vie des portables débutent. » Explique Donald Abotsi,Technicien réparateur en télécommunications à Agoè kossigan, banlieue de Lomé.

Selon l’homme dans la trentaine, ces portables après achat sont soumis à un test en premier lieu et réparés après pour être vendus finalement à un prix assez profitable.
« Si tu es technicien, c’est à toi de tester le portable récupérable, car il peut arriver que l’appareil téléphonique ne réponde pas au test. Si ce portable est réparé il peut être vendu à 40milles francs CFA ou plus selon la marque et le problème qu’il avait », explique-t-il.

« Des fois nous gagnons énormément sur un sac vendu à 30milles francs CFA comportant 100 ou 80 portables défectueux. 70 portables sur les 100 peuvent être réparés et vendus  » confie koffi kadanga, technicien vendeur au marché d’Agoè assi yéyé.

Pour Abalo dokpé est un réparateur dans le quartier de totsi gblinkome, ses portables viennent pour la plupart des casses. Il estime que ce commerce lui permet de nourrir convenablement sa famille.

« Par jour on peut gagner 20milles francs CFA et cela dépend des ventes. Avec cet argent j’arrive à payer mon loyer et à prendre soin de ma famille. Elle ne manque de rien à vrai dire, depuis que je me suis lancé dans ce business » se réjouit-il.

Des téléphones reconditionnés, vecteur de l’augmentation de l’économie numérique

Même les téléphones très abîmés ont droit à une seconde chance grâce au reconditionnement. Certains magasins sont devenus experts dans l’art de désosser les cellulaires à bout de souffle.
On remplace les vieilles pièces par de nouvelles avec à la clef des économies pour le nouvel acheteur. Selon l’état du mobile, il faut compter entre 30 minutes et 1h30 pour rendre le portable à nouveau bon au service.

« La plaquette d’un vieux portable est souvent vendue à 75FCFA, et ceci est standard sur tous les portables dans nos magasins à zongo. On change par jour ici 40 portables  » explique Ali doumongue, responsable d’un magasin de la place.

icilomé, un site en ligne de la place a indiqué qu’avec 07 millions d’habitants Togolais et 03 opérateurs de téléphonie mobile (Togocel et Togo Télécom, appartenant à l’Etat et Moov, le seul privé), le Togo présente un taux de pénétration estimé à 66,78%.

Sur ce pourcentage ,4 657 321 des 7 000 000 millions de Togolais sont abonnés à la téléphonie mobile dont une part active des utilisateurs des portables défectueux revendus.
Grâce aux portables utilisés, le nombre d’abonnés mobile est passé de 141 000 en 2011, 197 000 en 2012… à 1 800 000 en 2015, soit une moyenne annuelle de 14,5% d’abonnés supplémentaires. Selon la ministre des Postes et de l’Economie Numérique, Cina Lawson auteur de ces chiffres, le Togo est un pays mobile-first.

Hector Nammangue

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents