Foli-Bazi katari : « Le développement durable des écosystèmes forestiers n’est pas un effet de mode »

Le développement durable des écosystèmes forestiers n’est pas un effet de mode. C’est ce qu’a fait savoir entre autres, le ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières, M. Katari Foli-Bazi  ce samedi.

C’était lors des  rencontres régionales sur l’implication des maires dans la gestion durable des écosystèmes forestiers au Togo. Une initiative du ministère en charge de l’environnement et des ressources forestières.

Selon M. Katari Foli-Bazi, le développement durable des écosystèmes forestiers, c’est un défi.  Il ne peut s’imposer que par l’adhésion de tous aux changements de comportements, ce qui aujourd’hui, est loin d’être acquis. « Or, c’est aujourd’hui que presque tout se joue. Demain, il sera trop tard », a-t-il signifié.

Togo/Deuxième Inventaire Forestier National : L’étape de collecte des données lancée à Sokodé

C’est dans cet élan, précise-t-il que le gouvernement s’est engagé à porter le taux de couverture forestière à 25 % d’ici 2025.  Le chef de l’État togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, ambitionne atteindre d’ici 2030 un milliard de plants totalement reboisé, a-t-il précisé.

Pour solutionner, il a lancé à l’endroit des maires, l’adoption d’une politique de reboisement intensif dans leur plan de développement communal et à créer dans chaque commune une forêt communale voire des forêts au niveau de chaque canton.

« Que chaque maire rende sa commune verte à travers l’aménagement des espaces publics tels que les marchés, les centres ou maisons des jeunes, des aires de jeux, des écoles vertes, des rues vertes etc… », a-t-il lancé.

Il a également réitéré son engagement à développer de façon concertée et de façon participative pour chacune des communes et cantons, des stratégies et plans d’actions de gestion de l’environnement pour asseoir un meilleur cadre de vie auquel les populations aspirent.

Le Togo comme les autres pays  est confronté à la déforestation, aux abattages illicites, à la destruction des forets sacrées et des mangroves et à l’occupation anarchique des forets étatiques. L’inventaire forestier effectué en 2016 a relevé une régression de la surface forestière d’environ  5679 ha par an contre un taux annuel de reboisement de 2000 ha par an. Ce qui s’illustre par la disparition de  3679 ha par an. À cette allure, d’ici 10 ans, le Togo sera dépourvu de tout son potentiel forestier.

Edem K.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents