Accueil Actualité Changement Climatique : 58 millions $ injectés  pour la résilience  des  agriculteurs

Changement Climatique : 58 millions $ injectés  pour la résilience  des  agriculteurs

33
0
Vue partielle des femmes productrices sur le site de Tado

L’un des secteurs les plus vulnérables au changement climatique en Afrique, c’est l’agriculture. Cette vulnérabilité s’accentue au niveau des petits producteurs. C’est fort de ce constat qu’Acumen Capital Partners a injecté  58 millions de dollars pour favoriser l’adaptation au climat des petits exploitants agricoles.

En effet, le Fonds Acumen pour l’agriculture résiliente (ARAF) vise à créer un écosystème d’entreprises agroalimentaires qui améliorent les moyens de subsistance des agriculteurs et renforcent leur résilience face au changement climatique.

Togo: 4 projets orientés vers l’amélioration des rendements et de la productivité agricole

Ce fonds d’actions,  premier du genre, fournit un capital essentiel pour soutenir les entreprises agroalimentaires africaines qui aident les petits exploitants agricoles à s’adapter au changement climatique.

Ancré par le Fonds vert pour le climat (GCF), le fonds est soutenu par la banque néerlandaise de développement entrepreneurial (FMO), le Fonds de développement économique Soros, l’institution française de développement PROPARCO (par le biais de FISEA+, le fonds AFD conseillé par PROPARCO), la Fondation du Fonds d’investissement pour les enfants, la Fondation IKEA, Global Social Impact, et d’autres investisseurs et bailleurs de fonds respectés.

Togo : Vers une amélioration des plans d’actions des interprofessions agricoles

Tamer El-Raghy, le directeur général de l’ARAF a indiqué que les petits exploitants agricoles nourrissent le monde, mais ils sont parmi les plus touchés par la crise climatique.

 « La clôture impressionnante de 58 millions de dollars de l’ARAF, soit 8 millions de dollars de plus que notre objectif initial pour le fonds, est un moment décisif et, avec seulement 5 % des investissements climatiques dirigés vers l’adaptation, signale le début d’un changement dans le financement climatique. En investissant dans des start-ups agricoles en Afrique de l’Est et de l’Ouest, l’ARAF peut réduire la pauvreté, renforcer la résilience climatique et démontrer l’impact de l’investissement dans une agriculture résiliente. Depuis que nous avons commencé à déployer des capitaux en 2020, notre équipe a investi dans cinq entreprises opérant au Kenya, en Ouganda et au Nigeria. », a-t-il affirmé.

La pauvreté, le changement climatique et l’agriculture résiliente sont intrinsèquement liés : Plus de la moitié des personnes vivant dans la pauvreté sont des petits exploitants agricoles.

 Ces agriculteurs fournissent un tiers de l’approvisionnement alimentaire mondial. En Afrique, leur rôle est encore plus important puisqu’ils produisent environ 80 % de la nourriture du continent.

Kofi Meser


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here