Togo : un projet de fonds d’investissement pour l’entrepreneuriat national et le secteur agricole en gestation

Un fonds d’investissement populaire des Togolais est en création pour sauver les institutions nationales de la privatisation et soutenir les milliers de jeunes entrepreneurs innovateurs qui  ont besoin de soutien financier pour exprimer leurs talents et faire la fierté du pays tout en créant des emplois décents et stables. L’information nous vient des membres de l’Opération Sauvons Nos Banques.

 Pour arriver à mobiliser ces fonds nécessaires, les membres de cette organisation pensent à des actions populaires dont la valeur nominale est de 5.000 f cfa à l’endroit des Togolais et Africains.

En d’autres termes, selon les initiateurs, ce fonds pourra aider à sauver de la privatisation, les deux dernières banques publiques (BTCI et UTB) après celle du port autonome, de Togocom, des assurances…

Par ailleurs, les membres du mouvement indiquent que toute personne désireuse d’être actionnaire de ce fonds d’investissement participera ainsi à la mission de sauvetage des deux banques en les rachetant (dans la mesure du possible) et  en créant de nouvelles grandes entreprises nationales.

LIRE AUSSI: 30 ans PPEJ : le Togo enregistre d’énormes avancées

À en croire, M. Kokou TCHAMSI, initiateur de l’opération, la quasi-totalité de l’économie des pays africains se retrouve entre les mains des multinationales et des étrangers et ceci à cause des moyens financiers qui font défaut dans ces pays, d’où cette opération.

« La privatisation est une exigence du FMI suite à un constat de mauvaise gestion desdites institutions. La quasi-totalité des institutions financières publiques a déjà été privatisée et  la dernière en date fut l’acquisition de la Banque Populaire par SUNU Assurance. Face à cette situation et eu égard aux problèmes que peuvent engendrer ces dernières privatisations sur l’économie nationale (au cas où ces banques devenaient aussi des propriétés privées de multinationales), il faut recourir au patriotisme afin de mobiliser les populations pour la création d’un fonds d’investissement spécial pouvant racheter ces deux banques et en même temps financer nos jeunes entrepreneurs agricoles. », explique-t-il.

Pour information, des stratégies de mobilisation de fonds seront enclenchées au moment opportun selon les initiateurs pour rendre concret ce projet. Il s’agit entre autres de la médiatisation de l’opération, de la création d’une commission pour prospecter des groupes organisés à l’instar des ONGs, des étudiants, des syndicats et ordres d’enseignants, des médecins, des architectes, des ingénieurs…

Edem Kolani

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents