Accueil Actualité Togo: Pour faire face à la crise, la meilleure solution est de...

Togo: Pour faire face à la crise, la meilleure solution est de s’adapter, 2 jeunes entrepreneurs s’expriment

168
0

Les pertes subies par les entreprises en cette période de crise sanitaire due au COVID-19 se chiffrent déjà en millions de F CFA. Et en attendant que les mesures proposées par le Conseil National du Patronat du Togo (CNP-Togo) pour redonner de la vigueur à l’économie et surtout aux entreprises ne prennent corps, certains jeunes entrepreneurs togolais exploitent d’autres alternatives pour s’en sortir

Deux parmi eux notamment Benoît Godonou Koffi de l’entreprise FruiMix et Achille  Noussia de CIVIC BAG que notre rédaction a approché nous dévoilent les quelques stratégies qu’ils ont dû mettre en place pour palier à la chute drastique de leurs chiffres d’affaires.

Achille Noussia, des sacs en papiers aux masques en tissus : une adaptation vitale pour l’entreprise Civic Bag

En effet, sur un échantillon homogène de 110 entreprises sondées au Togo par le CNP, 41 % des entreprises ont suspendu leurs activités tandis que le reste continue de fonctionner en mode dégradé. Si seulement 6 % des entreprises ont mis la majorité de leurs employés en congés payés ou en télétravail, 91 % ont eu recours au chômage technique.

« Habituellement, les commandes de sacs en papiers que nous recevons varient entre 1000 et  5000. Mais, depuis le début de la crise nous avons constaté que le volume des commandes a considérablement chuté”, confie Achille Noussia , promoteur des sacs faits en papier ciment recyclés, Civic Bag.

Et ce n’est pas tout, puisque poursuit-il ” 90% de nos clients ne passent plus de commandes. De 200 sacs commandés par un de nos fidèles clients, le nombre est passé à 25 sacs. D’autres  ont passé des commandes, mais ne s’empressent même pas pour venir retirer leurs sacs déjà confectionnés. Cela prouve à suffisance que leurs activités ont été également bousculées par cette crise qui ne dit pas son nom. »

LIRE AUSSI: Togo : Le COGET, la solution de Medissa Sama aux entrepreneurs impactés par la pandémie COVID-19

Mais tout comme certains de ses congénères, le jeune entrepreneur a dû diversifier son activité et se rabattre sur des produits nécessaires aux populations en cette période, notamment les petits emballages et les masques en tissus.

” Bien que notre activité est axée sur la commande et la production et que cette crise l’a rendu assez compliquée nous avons dû nous rabattre sur l’aspect emballage des petits sachets à usage unique. Les commandes abondent. Nous avons aussi diversifié notre activité en essayant de produire des masques en tissu selon les normes et cela nous permet de faire rentrer un peu de sous. Ceci pour combler ce déficit économique que notre entreprise essuie.“. Un exemple qui prouve à suffisance qu’un entrepreneur est celui qui a la capacité de s’adapter pour répondre aux besoins de ses concitoyens.”

Aussi propose-t-il « A l’endroit du gouvernement nous souhaiterions qu’un Fonds spécial soit mis en place pour soutenir les jeunes entrepreneurs togolais ne serait-ce que sur trois ou six mois afin de nous permettre de relancer nos activités et surtout sauvegarder le peu d’emploi que nous avons pu créer. »

Explorer d’autres types de productions en attendant un appui du gouvernement : le cas de Godonou Benoît

Achille Noussia n’est pas le seul entrepreneur togolais à s’adapter pour faire face à la crise actuelle. Promoteur  des jus de fruits naturels, Fruimix, Benoît Koffi Godonou a lui aussi trouvé une solution pour s’en sortir. Il s’est tourné notamment vers l’élaboration de certains produits qui permettent à la population de développer leur système immunitaire contre le virus. Par ailleurs, Il propose également à ses clients, des engrais organiques obtenus à partir de la transformation des fruits, légumes et des mélanges avec d’autres déchets de végétaux.

Selon lui, cette pandémie a sérieusement touché tous les secteurs y compris celui de la transformation agroalimentaire.

C’est avec une pointe de tristesse dans la voix qu’il confie « À notre niveau c’est devenu difficile de s’approvisionner en fruits à cause des routes qui sont bloquées. L’autre chose est que nos produits doivent normalement être consommés dans des lieux ou des personnes s’attroupent et comme il y a plus de regroupement tout est bloqué. C’est difficilement qu’on vend, ne serait-ce qu’un carton de nos boissons ou jus par semaine. Avant, on allait à 5 ou à 6 cartons, mais actuellement, on tourne à perte. La plupart de nos employés sont d’ailleurs à la maison et en souffrent.

Pour lui, seule une aide du gouvernement peut les aider à sortir de l’impasse. “Face à cette situation, nous demandons au gouvernement de trouver un mécanisme qui va soutenir les entrepreneurs un tant soit peu et surtout nous aider à pouvoir venir en aide à nos jeunes frères qui sont obligés de rester à la maison faute de production.

Pour rappel, le gouvernement a pris une batterie de mesures fiscales et douanières pour accompagner les opérateurs économiques dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus. Plus durement affectées, les activités d’hôtellerie et de restauration ne subiront qu’un taux d’imposition de 10 %. La deuxième mesure suspend les contrôles fiscaux en cours dans les entreprises et les limite aux entreprises citoyennes.

Kofi MESER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here