Accueil Actualité Togo /Portrait : Ismaël Tanko, le symbole d’une nouvelle génération de l’entrepreneuriat

Togo /Portrait : Ismaël Tanko, le symbole d’une nouvelle génération de l’entrepreneuriat

581
0

Et le temps passa, indifférent au calcul des hommes, insensible à leurs joie et à leurs détresses. Il passa comme un fleuve qui charrie, sans le savoir, des milliards de cailloux et de grains de sable et à qui importe pour leurs rêves d’échouer sur une berge plutôt que sur une autre.

Les jeunes entrepreneurs togolais, tenaces vaillants se mirent à se battre pour leurs passion, à fouiller leurs méninges. Hardi toute la réalité de l’existence était là. Le reste n’était que rêves insensés. Ismael Tanko , la trentaine professait qu’il incarnait la preuve palpable de la nouvelle génération d’entrepreneurs togolais et fit courageusement face à la vie.

Début difficile et parcours parsemé d’embuches.

Vendeur de sa marque de purée de tomates dans toute la sous-région africaine ? Pourquoi pas ? Il lui fallut tout au début réapprendre à disposer un étal, grouper des tomates, les mettre en évidence, attirer les clients avec des mimiques et des sourires. Il commença ainsi et de bout en bout a mis en place en 2014 , Tim Agro, son entreprise.

Il découvrit rapidement un charme profond dans cette perpétuelle exposition de son entreprise dans les airs fanfarons des entreprises des autres togolais, dans la succession des clients et jusque dans les odeurs dont l’atmosphère était saturée.
Le jeune entrepreneur Togolais en met plein la vue avec sa purée de tomates avec la multiplication de son chiffre d’affaires par vingt(20) en deux ans (02ans).

Frémissant d’enthousiasme à la pensée de reproduire une action encore plus haute, Ismaël Tanko est titulaire d’une maîtrise de gestion obtenue à l’université de Lomé en 2006, d’un master en création d’entreprise de l’Université internationale de management des affaires de Sfax (UIMA), en Tunisie.

De 2009 à 2012, il est directeur adjoint de l’Association des grandes entreprises du Togo (Aget, 2009-2012), puis directeur du Club de sport et loisirs de la British School of Lomé (Club BSL) avant de fonder Tim Agro.

Il choisit avec un soin méticuleux son équipe composée de huit salariés, en plus de soixante saisonniers.
En quatre mots , le jeune entrepreneur togolais nous compte l’évolution de sa production et nous met au fait du développement de son service de distribution et de crédit alimentaire à travers lequel, son entreprise commercialise Timati et des produits de base d’autres marques (farine, lait, huile, conserves de légumes, sauces, pâtes, savons…), avec des formules destinées à trois types de clientèles définis selon leurs ressources (particuliers à revenus irréguliers, artisans et petits commerçants ; salariés et cadres ; responsables d’entreprises, d’institutions, et hôteliers-restaurateurs).
En dépit de surhumains efforts déployés par le jeune de la trentaine , pendant la saison des pluies, favorable aux cultures maraîchères, une bonne partie des récoltes restent sur les bras des producteurs (environ 30 % de la production de tomate)

Le promoteur de Tima Agro et de sa petite conserverie spécialisée dans la purée de tomates n’en est pas peu fier. « Nous sommes passés d’un chiffre d’affaires de 400 000 F CFA [environ 610 euros] pour 800 bocaux vendus lors de la campagne 2015-2016 à 9,1 millions de F CFA à l’issue de la suivante. Celle de 2017-2018 pourrait atteindre 53,3 millions de F CFA », se réjouit –il.

Au vu des activités de distribution que Tim Agro a développé et de ses nouveaux marchés, son avenir est des plus prometteurs. Commercialisée sous la marque Timati, sa purée de tomates fraîches « sans additifs ni conservateurs » est déjà distribuée au Bénin, au Burkina Faso, au Mali, et devrait l’être prochainement en Côte d’Ivoire, au Niger, au Ghana, au Nigeria, au Cameroun et au Rwanda.

« Nous voulons implanter des unités de production sur place pour mieux approvisionner nos clients, explique Ismaël Tanko. Notre objectif est d’être commercialement présent dans au moins 24 pays du continent d’ici à la fin de l’année 2019. » conclut-il.
Avec la fuite des jours, son existence passée s’en allait, s’évanouissait, enveloppée dans un nuage aux contours imprécis. Il lui semblait maintenant que ce passé difficile avant cette réussite n’avait jamais été qu’un rêve.

Il l’acceptait d’emblée avec son cortège de luttes, de souffrances, de misères et d’humiliations, n’était-ce pas la meilleur façon d’en triompher.

Hector Nammangue

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here