Accueil Actualité Togo : Mesures susceptibles de lutter contre l’avancée de la mer

Togo : Mesures susceptibles de lutter contre l’avancée de la mer

145
0

La technique de piéger le sable marin apparait comme une solution possible au problème de l’érosion côtière au Togo. Bien attendu,  en attentant le début des grands travaux physiques d’ingénierie en 2021.

En d’autres termes , c’est une  technique de juxtaposition de puits en fûts granulitiques pour piéger le sable marin afin de charger naturellement la côte, du géomorphologue togolais ,Eklou Natey Deo. 

Son ingéniosité  permettra de sauver les habitations directement menacées par l’avancée de la mer. Les villages concernés sont Gbodjomé, Tango    Copé,    Dévikinmé, Nimagna, Adissem et Agbodrafo.

Togo / Installations anarchiques sur le littoral : passé le délai de 6 mois, les contrevenants s’exposeront à la rigueur de la loi

Selon le bihebdomadaire Togolais l’UNION, ils sont au total, 940 ménages qui seront soulagés par ce projet alternatif dont la durée est de trois mois.

Les populations touchées , fondent leur espoir sur cette technique car il y a la nécessité de reprendre leurs activités de pêche et vivre dans la quiétude, une fois que la côte sera stabilisée.

Le Togo dispose d’une unité de police dédiée exclusivement à la sécurité du littoral

Du côté du gouvernement, la priorité n’est déclassée et l’engagement reste ferme à concrétiser la stabilisation du recul du trait de côte.

Il rappelle les projets mis en œuvre pour contrer l’accélération du phénomène érosif sur la côte, en pensant à une solution alternative qui consiste à poser un épis de puits le long des habitations, des infrastructures hôtelières et religieuses pour encore sauver ce qui peut l’être.

A noter que les émissions mondiales de gaz à effet de serre à l’origine du réchauffement climatique entraînent une montée du niveau des océans. Ce phénomène accélère l’érosion côtière et les pays d’Afrique de l’ouest situés sur la façade atlantique sont parmi les plus menacés. Au Togo, la moitié des côtes  sablonneuses  pourraient être emportées par les eaux d’ici la fin du siècle, selon la célèbre revue scientifique «Nature».

Dans le village de Doévikopé, situé sur la plage de Baguida, les trois quarts des habitants ont dû abandonner leurs  maisons  car  l’océan  a  recouvert les terres agricoles, le terrain de jeu de l’école et le cimetière.

Togo : 3 mois pour étudier l’actualisation de la Stratégie nationale pour la mer et le littoral

Par moment, les villages côtiers  (Gbodjomé,  Agbavi,Afidegnigba, Baguida, Avépozo Dévikinmé, Alimagnan, Katanga,Agbodrafo,  Kpogan,  Bobolo-Agodéké, Kpémé et Edoh Kpopé) manifestent leur ras-le-bol par rapport à la contribution de l’activité humaine à l’impact de l’érosion sur leur  vécu  quotidien.

  Le  Programme  de  gestion  du  littoral ouest-africain, mis en place par la Banque  mondiale  lors  de  laCOP21 en 2015, entend contribuer au développement durable du littoral ouest-africain en luttant contre l’érosion et les inondations côtières. Six pays en bénéficient : Côte d’Ivoire,  Sénégal,  Sao  Tomé  et Principe,  Bénin,  Mauritanie  et Togo .

Début septembre, le ministère de l’Environnement a lancé une campagne  de  sensibilisation  à Agbodrafo aux fins d’informer les autorités locales notamment les préfets, les maires, les conseillers municipaux, les chefs cantons, les comités villageois de développement, les comités de développement des quartiers et la communauté sur le démarrage des activités de protection d’urgence de la côte entre Gbodjomé et Agbodrafo, sur une distance de 1,58 km. Histoire d’appeler les habitants à adhérer au projet d’urgence WACAResIP.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here