Togo/Agriculture Biologique : Agro Eco veut redynamiser le secteur

La structure Togolaise Agro Eco Louis Bolk Institute en collaboration avec IFOAM Organics International ont présenté cette semaine à Lomé le projet des Marchés Biologiques pour le Développement (Organics Market for Developpment).

Le Projet « Marchés Biologiques pour le Développement » se donne pour but de créer des opportunités pour les petits exploitants agricoles Togolais en vue de leur inclusion dans les marchés bio nationaux et internationaux. Il vise également l’adaptation à des problèmes globaux comme les inégalités, le changement climatique, la pauvreté et la perte de ressources naturelles.

Ces marchés Biologiques pour le Développement utilise l’opportunité d’une demande croissante pour les produits bio comme moteur de développement afin d’améliorer la condition économique des petits exploitants agricoles.

« En mai 2014 le gouvernement Togolais a lancé le premier forum de l’agriculture biologique à Mango et c’était un forum ou les recommandations ont été faites pour pouvoir avoir un encrage de du secteur biologique Togolais. Ce projet vient chapoter, les recommandations faites au cours de ce forum à savoir les 04 composantes du dit projet à savoir le volet des faitières qui rassemble les parties prenantes dans le secteur du bio pour en faire une plate forme nationale ensuite la deuxième composante qui est la mise en place d’un système participatif de garantie c’est-à-dire un système qui doit permettre la valorisation de la consommation de nos produits locaux sous le label biologique la troisième composante, c’est la composante qui compte sur la chaîne de valeur donc pour le Togo, c’est la filière ananas qui a été choisi pour chaîne de valeur et c’est en particulier les producteurs et les transformateurs » a longuement expliqué ANANI COMBE ,le point focal du Projet au Togo.

Il faut préciser que les objectifs principaux de ce projet sont entre autres la mise en place et le développement de quatre organisations nationales qui réunissent les différents partenaires nationaux afin de promouvoir le dialogue, la coordination et l’appui pour le secteur bio, la mise en lien direct des producteurs et les consommateurs locaux par la promotion du système participatif de garantie pour les marchés internes , une alternative plus adorable que la certification par une tierce partie.

Il est également mise en œuvre dans trois pays de l’Afrique de l’Ouest mise à part le Togo à savoir le Ghana, le Burkina Faso et Sao Tomé-et -Principe.

Hector Nammangue
.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents