La gestion rationnelle des ressources hydriques, un défi de taille pour l’Afrique

Le continent africain qui dispose de plus de 5.000 milliards de mètres cubes d’eau dans ses nappes phréatiques, fait face à un défi de taille lié à la gestion rationnelle, à l’heure où 320 millions de personnes ne bénéficient toujours pas d’un accès durable à l’eau potable. Ce constat amer a été rappelé à l’occasion du conclave africain des collectivités locales à Marrakech, qui s’emploient à chercher des solutions locales novatrices et soutenues.

« En prévision de la violence des impacts du changement climatique, devant les replis identitaires et sécuritaires de plus en plus fréquents, face aux inégalités économiques et d’accès aux ressources, il est essentiel de réinterroger les pratiques et d’accélérer la transition pour préserver l’or bleu, lui redonner sa valeur, et mieux l’exploiter et en distribuer l’accès », ont indiqué les panélistes.

Dans ce sens, le président du conseil régional de Beni Mellal-Khenifra, Ibrahim Moujahid, a rappelé que la réalité est intenable au niveau africain qui dispose pourtant de 17 grands fleuves et 160 lacs majeurs, sans compter d’immenses ressources alternatives non encore valorisées.

Près de 40 pc des personnes ne bénéficiant pas d’eau se trouvent en Afrique sub-saharienne alors que 600 millions au total n’ont pas d’accès à l’assainissement liquide, a-t-il relevé.

L’ancien maire de Houndé, Burkina Faso, Yazon Bouë, s’est arrêté, pour sa part, sur le rôle qui incombe aux différents intervenants dans le secteur de l’eau en Afrique, notamment au niveau des collectivités locales, pour la préservation des ressources à travers des modes de gestion modernes, tout en soulignant l’importance d’une coordination étroite entre responsables gouvernementaux, société civile et communauté des chercheurs afin de transcender les méthodes traditionnelles de stockage d’eau et innover en matière de traitement des eaux usées à réutiliser ensuite dans d’autres domaines comme l’agriculture.

Pour sa part, le gouverneur, Directeur de l’Eau, de l’Assainissement et des services concédés, à la Direction général des collectivités locales, Mustapha El Habti, a mis en avant les efforts inlassables consentis par le Royaume en matière de gestion des ressources hydriques à la faveur de la mise en place en 2006 du Programme national d’assainissement liquide et d’épuration des eaux usées, visant à combler le manque et le retard enregistré dans ce domaine.

Quelque 232 communes ont bénéficié de ce programme, tandis que le taux de pollution a été réduit à 50 pc, en particulier au niveau des grandes rivières du Maroc, a-t-il fait savoir.

Placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, le sommet Africités réunit, jusqu’à samedi, quelque 5.000 participants, dont des acteurs de la vie locale du continent et partenaires issus d’autres régions du monde, des ministres en charge des collectivités locales, du logement et du développement urbain et de la fonction publique, ainsi que les autorités et élus locaux, les responsables des administrations locales et centrales, des organisations de la société civile et des opérateurs économiques des secteurs public et privés.
source: MAP

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents