Togo/ amendes contre l’incivisme et l’insalubrité : Aymane Gbadamassi, incrédule

Après le lancement des amendes contre l’incivisme et l’insalubrité par les autorités togolaises contre ceux qui polluent l’environnement, des acteurs de l’environnement au Togo ne sont pas restés indifférents à cette décision.

Parmi eux, le promoteur du Mois de l’écocitoyenneté (MEC) M. Aymane Gbadamassi, dit ne pas croire à ces sentences dans une interview qu’il a accordé à nos confrères de Togo Matin.

À en croire monsieur Gbadamassi, l’initiative en soi est certes salutaire, mais ne peut pas être efficace, du moins pas pour le moment.

«  Dans un premier temps, les sommes sont colossales. La cause est noble, mais avant de faire des omelettes, il faut casser des oeufs. Je pars donc du principe qu’il faut franchir une étape avant d’aller à une autre. Avant de dire aux gens de ne pas jeter des déchets n’importe où il faudrait au préalable s’assurer qu’il y ait des poubelles un peu partout, ou bien, avant d’amender quelqu’un parce qu’il a déféqué sur une place publique, posons-nous la question de savoir s’il y avait aux alentours des WC publics installés. » a-t-il confié au quotidien togolais.

Il estime que des séances de sensibilisation doivent être organisées à l’endroit de la population togolaise sur le phénomène bien avant la prise de décisions.

«  À cette heure, ces mesures ne feront que remplir nos prisons qui sont déjà trop remplies. Moi à leur place, je crée d’abord une commission dans chaque commune et j’organise des séances de sensibilisation avec des Chefs quartier et CDQ  (Comité de développement de quartier).

Les gens peuvent changer quand on leur explique vraiment certaines choses. Cela me permet de récupérer des données et de traiter le problème en fonction de chaque localité. » lance-t-il.

Avant de conclure « Je créé ensuite une autre commission composée d’experts et membres CDQ pour analyser les données et trouver des solutions aux problèmes et je sors maintenant la mesure des amendes avec une petite brigade d’environnement autour avec des policiers formés dans ce cadre et un numéro vert qu’on peut appeler au cas où. Cela va faire que l’information sera accessible à tous, diminuer le nombre de récidivistes parce que dans certains cas, les gens n’ont pas de choix, et faire des frais en moins puisqu’un prisonnier, c’est aussi une charge pour l’État. »

Lire aussi :« FarmApp » une application   pour éradiquer définitivement  la transhumance au Togo

Le mois de l’écocitoyenneté est un programme de sensibilisation environnementale dans les établissements scolaires. Il s’agit principalement d’éduquer l’apprenant sur les notions de protection de l’environnement, notamment sur la gestion des déchets plastiques. Le programme est subdivisé en quatre phases essentielles dont la première constitue la phase d’échanges, où nous faisons intervenir des experts pour des conférences et forums dans les écoles, appuyés par des projections de films environnementaux et une compétition inter-école sur l’établissement le plus éco-responsable avec des critères de sélection et un jury bien établi.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents