Accueil Actualité WORLD RESOURCES INSTITUTE ET Cie :  une aubaine pour le Togo de restaurer...

WORLD RESOURCES INSTITUTE ET Cie :  une aubaine pour le Togo de restaurer ses terres dégradées

60
0

Financer une cohorte initiale des 100 meilleurs projets et entreprises d’Afrique qui restaurent des terres en plantant et en faisant pousser des arbres ; Contribuer à la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes en identifiant des partenaires et des intermédiaires à long terme dans le secteur financier pour aider à étendre les efforts de l’Initiative AFR100 pour restaurer 100 millions d’hectares de terres à travers l’Afrique.

Ce sont là les principaux objectifs d’un appel à projets de  World Resources Institute (WRI), One Tree Planted (OTP) et Realize Impact, dont le délai de soumission est fixé au 23 septembre 2021 prochain, à l’endroit des entreprises à but lucratif et les organisations à but non lucratif de plantation d’arbres dans les 31 pays africains membres de l’Initiative AFR100, notamment le Togo.

L’AFR100 (Initiative pour la restauration des paysages forestiers africains) est un effort mené à l’échelle nationale, dont l’objectif est de restaurer 100 millions d’hectares de paysages déboisés et dégradés en Afrique d’ici 2030. Elle s’engage à accélérer la restauration pour améliorer la sécurité alimentaire, augmenter la résilience et l’atténuation face aux changements climatiques et lutter contre la pauvreté en zone rurale.

Réaliser la résilience climatique avec des partenariats intelligents

L’AFR100 est un partenariat entre plus de 20 gouvernements africains et de nombreux partenaires techniques et financiers. Parmi ses nombreux objectifs, l’initiative contribue non seulement à la réalisation des engagements nationaux, mais aussi des engagements internationaux pris par le Défi de Bonn visant à restaurer 150 millions d’hectares de paysages dans le monde entier d’ici 2020, par la Déclaration de New York sur les forêts visant à étendre l’engagement du Défi de Bonn à 350 millions d’hectares d’ici 2030 et par l’Initiative africaine pour des paysages résilients (ARLI) visant à promouvoir une gestion intégrée des paysages.

Dans le cadre de cet appel, les projets et les entreprises en phase de démarrage peuvent demander de 50 000 dollars à 150 000 dollars et les projets et les entreprises en phase de croissance peuvent demander de 250 000 dollars à 500 000 dollars.

Le financement initial sera versé aux projets en janvier 2022. Les prêts accordés aux entreprises seront remboursés sur 5 à 10 ans et les subventions seront versées sur 5 ans.

Des centaines d’innovateurs locaux sont aujourd’hui à l’avant-garde de projets et de modèles commerciaux qui montrent que la restauration peut créer un avenir prospère et à émission faible pour l’Afrique. Mais ils ont besoin de soutien. C’est pourquoi les bailleurs de fonds cherchent à financer les 100 principales organisations communautaires à but non lucratif et entreprises à but lucratif qui restaurent des terres en plantant et en faisant pousser des arbres dans les paysages ruraux et urbains. Après  un processus de candidature en deux étapes, la cohorte initiale des 100 meilleurs sera annoncée lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26) en novembre 2021.

Togo: le gouvernement exhorte tous les citoyens à s’approprier la problématique du reboisement

Seuls les entreprises et les projets qui plantent ou font pousser des arbres en utilisant les techniques suivantes sont éligibles pour un financement : Agroforesterie – le mélange et la culture intentionnels d’espèces pérennes ligneuses (arbres, arbustes, bambous) à côté de cultures agricoles de manière à améliorer la productivité agricole et la fonction écologique d’un site. «Applied nucleation»/Îlots d’arbres – Une forme de plantation d’enrichissement où les arbres sont plantés en groupes, en grappes ou même en rangées, dispersés dans une zone, pour encourager la régénération naturelle dans la matrice entre les zones non plantées.

Dispersion de graines/ Semis direct – La dispersion active de graines (de préférence des mélanges de graines indigènes écologiquement diversifiés) qui permettront à la régénération naturelle de se produire, à condition que la zone soit protégée des perturbations.

Cette opération peut être effectuée par des humains ou des drones. Elle implique une collecte et une dispersion actives, et non une dispersion naturelle par des disperseurs naturels de graines qui fait partie des processus de régénération naturelle. Il s’agit d’une catégorie distincte de la plantation de jeunes arbres. Plantation d’enrichissement – Le rétablissement stratégique d’espèces d’arbres clés dans une forêt qui est écologiquement dégradée en raison du manque de certaines espèces, sans lesquelles la forêt est incapable de se maintenir naturellement. Reboisement – la plantation de semis sur une zone avec peu ou pas de couvert forestier pour atteindre des objectifs spécifiques. Régénération naturelle assistée – l’exclusion des menaces (c’est-à-dire le pâturage, le feu, les plantes envahissantes) qui avaient précédemment empêché la régénération naturelle d’une zone forestière à partir des graines déjà présentes dans le sol, ou de la dispersion naturelle des graines des arbres voisins. Cela ne comprend pas la plantation active d’arbres. Idéalement, la (les) méthode(s) spécifique(s) d’intervention de contrôle de la menace utilisée(s) serait (ent) spécifiée(s) afin que l’efficacité relative puisse être évaluée (c’est-à-dire, si des clôtures ont été installées pour contrôler le pâturage, à quelle fréquence les plantes envahissantes ont été enlevées, etc. Restauration de la mangrove – interventions spécifiques dans les flux hydrologiques et/ou la couverture végétale pour créer ou améliorer la fonction écologique d’un site dégradé de mangrove arborée.

Restauration riveraine – interventions spécifiques sur les flux hydrologiques et la couverture végétale pour améliorer la fonction écologique d’une zone humide ou riveraine dégradée.

Silvopaturage – Le mélange et la culture intentionnels d’espèces pérennes ligneuses (arbres, arbustes, bambous) sur des pâturages où la couverture arborée était absente, de manière à améliorer la productivité agricole et la fonction écologique d’un site pour une utilisation continue comme pâturage.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here