Accueil Actualité Togo / Réduire les pollutions d’origine routière : 150 chauffeurs de CIMTOGO...

Togo / Réduire les pollutions d’origine routière : 150 chauffeurs de CIMTOGO formés à Lomé

113
0
Vue partielle des chauffeurs à la formation à CIMTOGO à Lomé

Réduire les pollutions d’origine routière et les impacts de la poussière du ciment et du clinker sur l’environnement de proximité. Il s’agit là d’une des raisons qui ont motivé la formation de 150 chauffeurs de CIMTOGO à Lomé. Une formation organisée par le Groupe HeidelBergCement Togo sur deux semaines et demi.

Les sources de pollution chroniques routières sont les émissions de substances, polluantes ou non, émanant des infrastructures routières. Elles sont générées notamment par les véhicules en circulation sur l’infrastructure : gaz d’échappement, fuites, usure des pneumatiques et des freins, corrosion ; l’abrasion de la chaussée ; l’usure des équipements routiers : glissières, panneaux de signalisation, etc. C’est conscient de cela que le groupe cimentier allemand ne veut pas penser la conduite automobile seulement sous l’angle des automatismes élémentaires dédiés au maniement du véhicule.

Au vu de cela, un accent particulier est mis au cours de cette formation sur le « système : homme-véhicule-environnement » avec une vision claire pour atteindre l’objectif « Zéro Accident. »

 Safety Week 2021 à HeidelbergCement Togo : La précaution, un vecteur de développement durable prisé

« Entre l’homme et le véhicule, il y a une relation de besoins qui est établie bien évidemment. Cette relation est utile pour que le véhicule qui est censé être bénéfique ne soit pas plutôt une source de mortalité et d’accident. La formation que nous donnons aux chauffeurs va dans ce sens. », a expliqué à Vert-Togo, Mme Dovi DOGBE-TOMI, cheffe service Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement à CIMTOGO.

Quant à la relation qui lie le véhicule à l’environnement, elle indique que l’homme doit bien faire usage du véhicule pour ne pas causer des dommages à la nature.

« Un véhicule consomme du carburant. Donc il faut savoir faire un bon usage du carburant pour ne pas polluer d’une manière anarchique l’environnement. Ça peut être également des déversements puisque le véhicule on le lubrifie pour qu’il y ait une nette réduction des dégagements de gaz à effet de serre pour que cela n’ait pas des impacts négatifs sur l’environnement. », a-t-elle ajouté.

Togo : Investir dans des infrastructures durables, la stratégie gagnante du Groupe HeidelbergCement

Avant de préciser, « Nos chauffeurs transportent du clinker et du ciment et il est important que ces matières soient bien bâchées afin que sur la voie il n’y ait pas de la poussière qui se dégage pour perturber le voisinage ou ceux qui sont dans leurs véhicules. En plus de cela, il ne faut pas que ces matières se déversent sur les voies pour causer des risques de glissade, de trébuchement. C’est pourquoi nous les formons sur la conduite défensive, la conduite en toute sécurité, le respect du code de la route, le respect des obligations de conformité en termes d’assurance et de visite technique. »

Il faut noter que la sécurité routière relève de la performance et de l’attitude manifestée par le comportement du conducteur faisant apparaître ainsi une nouvelle dimension : celle du « savoir-être » ou « savoir se conduire ».

Hector N.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here