Togo : Le recensement et le diagnostic des ouvrages d’éclairage public lancés

Le ministère des mines et des énergies a lancé une phase de recensement et de diagnostic des lampadaires sur toute l’étendue du territoire togolais. Il y voit le début d’un travail d’amélioration de ses prestations d’éclairage public dans les différentes localités du pays. Lit-on dans l’Union pour la Patrie.

Selon la même source, la direction générale de l’énergie sollicite, et ce, jusqu’au 9 septembre 2019 au plus tard, des offres fermées de la part des candidats éligibles et répondant aux qualifications requises pour la prestation des services de recensement et de diagnostic des ouvrages d’éclairage public.

LIRE AUSSI: Togo/ Projet CIZO : la BAD prendra en charge les impacts environnementaux des investissements

Ces offres se font en trois lots dans les cinq régions du Togo : Lomé et région maritime pour le lot 1 ; région des Plateaux et région Centrale pour le lot 2 ; région de la kara et région des savanes pour le lot 3. Avec cette précision que chaque lot est un marché et consiste au recensement des ouvrages d’éclairage public classique et solaire et au diagnostic des lampadaires solaires défectueux.

Un candidat ne pourra pas être attributaire de plus d’un lot, même si les candidats peuvent soumissionner à tous les lots.
Le délai d’exécution des prestations est de trois mois pour chaque lot.

Les offres financières doivent respecter les prix de référence fixés par le ministère de l’Économie et des Finances.

LIRE AUSSI: Togo : La ville de Blitta va bénéficier de l’énergie propre à hauteur de 30 Mégawatts

Dans le cas contraire, elles vont être redressées. Les sociétés nouvellement créées qui sont dans l’impossibilité de fournir les états financiers des trois dernières années exigées dans l’avis d’appel d’offres sont autorisées à prouver leur capacité économique et financière par tout autre document substitut distinct de l’attestation de capacité financière.

En plus les entreprises attributaires de marchés publics du ministère des mines et des énergies dont le taux d’exécution n’a pas atteint 70% et qui sont en retard par rapport au planning ne sont pas habilitées à soumissionner.

Les candidats resteront engagés par leur offre pendant une période de 90 jours à compter de la date limite du dépôt des offres.

- Publicité -spot_img

Laisser un commentaire

lire la suite

Articles récents