Accueil Actualité Togo : L ’association NADDAF commémore la journée internationale de réduction des...

Togo : L ’association NADDAF commémore la journée internationale de réduction des risques de catastrophe

98
0

Le monde entier célèbre chaque 13 octobre la journée Internationale de réduction des risques de catastrophe. L’association NADDAF  (Nouvelles Alternatives pour le Développement Durable en Afrique) commémore ce mardi la journée.

Pour marquer l’événement au Togo, elle  a organisé un atelier multi acteurs de deux jours afin de contribuer à une meilleure connaissance du phénomène de l’érosion côtière en vue d’une synergie d’action future pour une amélioration des conditions de vie des victimes dans les communautés riveraines.

De fait, l’atelier  multi acteurs regroupe non seulement les communautés victimes, mais aussi les départements ministériels concernés par ce sujet, la Mairie GOLFE 6, les agences nationales chargées de protection civiles, la société civile et le secteur privé.

TOGO/ÉROSION CÔTIÈRE : L’association NADDAF présente la dure réalité des victimes aux Députés

Pendant les deux jours, il  s’agira de créer un cadre de synergie d’action en faveur de développement des communautés victimes de l’érosion côtière ; d’améliorer les connaissances des acteurs étatiques et non étatiques sur la problématique de l’érosion côtière ; d’identifier les réels besoins des communautés victimes de l’érosion côtière ; de renforcer la résilience des communautés face au phénomène de l’érosion côtière.

Au cours de l’atelier,  les acteurs étatiques et non-étatiques partageront les résultats des actions du projet AVENIR (Action des Volontaires Européens et Nationaux Investis pour la Résilience) mis en œuvre par France Volontaires et financé par l’Union Européenne.

Selon le représentant de France  Volontaire au Togo, BAH Moussa plusieurs activités ont été déjà réalisées par NADDAF mais le plaidoyer doit continuer jusqu’à ce que les victimes soient totalement prises en compte dans toutes les politiques de développement du Togo.

Togo/ Érosion du littoral : À quand la délocalisation du village de Doevi Copé?

«  Ce cadre de concertation devra permettre aux participants de réfléchir sur d’autres outils de plaidoirie et surtout à intéresser les communes dans la mise en œuvre du plan national du développement. », a-t-il précisé.

Pour M. Victor Komlanvi Koissi ADJIVENA, Chargé de programme RSE, Education à l’environnement et Réduction de Risque de Catastrophe à NADDAF,  cette rencontre n’est que la continuité de toutes les actions menées en amont afin de maintenir en alerte, l’opinion nationale sur l’érosion côtière.

«  Nous, acteur de la société civile, en créant ce cadre à travers cette rencontre, nous avons espoir que les acteurs importants que nous sommes, nous contribuerons à travers nos réflexions à sortir des pistes de solutions aux autorités étatiques et communales pour une prise en compte globale du penser globale et agir locale.  Initiée  par les Nations Unies, cette journée prend tout son sens avec le phénomène de l’érosion côtière. Nul ne doit rester en marge. », a-t-il confié.

Il faut rappeler que c’est en vue d’entamer un plaidoyer pour mobiliser l’opinion nationale à prendre en compte les victimes des communautés de la côte, que  l’association NADDAF a tourné un film documentaire titré « les oubliées de la côte » en février 2020.  Ce documentaire portant sur la situation précaire des femmes et jeunes filles victime du phénomène côtier a été projeté à l’Assemblée Nationale Togolaise en présence de 28 députés.

Edem K.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here